Présidentielle 2020/ Modification de la Constitution : Bédié très en colère, ses vérités crues au régime Ouattara

Bédié : « Je crains même que ce soit là un problème très grave pour la stabilité du pays.»
11/09/2019
Présidentielle 2020/ Modification de la Constitution : Bédié très en colère, ses vérités crues au régime Ouattara
Le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, était le mardi 10 septembre 2019, sur les antennes de France 24

Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda) craint un problème très grave pour la stabilité de la Côte d'Ivoire en cas de modification de la Constitution ivoirienne portant sur la limitation à 75 ans de l'âge des candidats pour la présidentielle de 2020.

Alors qu’il s’exprimait sur les antennes du confrère France 24, le mardi 10 septembre 2019, le sphinx de Daoukro n’a pas marché ses mots à l’endroit du pouvoir d’Abidjan. Comme d’accoutumée, Henri Konan Bédié a critiqué avec véhémence la gestion du pouvoir d’Etat par la coalition au pouvoir, le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). En effet, le président du Pdci a estimé que la modification de la Constitution telle que souhaitée par Alassane Ouattara, le président du Rhdp pourrait créer de graves crises en Côte d’Ivoire.

« Je crains même que ce soit là un problème très grave pour la stabilité du pays. Ce changement, ce tripatouillage de la Constitution serait contraire à la Constitution elle-même puisqu'elle a été votée il n'y a pas longtemps.», a déclaré le Bouddha de Daoukro.

Concernant sa récente rencontre avec l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo à Bruxelles, le leader du Pdci, a laissé entendre qu'ils ont décidé de travailler ensemble. Et ce, en vue des prochaines joutes électorales en Côte d'Ivoire.  

Pendant que le Pdci refuse de désigner un représentant à la Commission électorale indépendante (Cei) dont il rejette la nouvelle mouture, le président statutaire du Front populaire ivoirien (Fpi), Affi Nguessan, lui, veut intégrer l’institution après des discussions avec le gouvernement.  Pour Henri Konan Bédié, « le gouvernement a commencé les discussions avec tous les partis politiques sans donner les termes de référence, (et) a décidé d’un passage en force (c’est pourquoi) et il a choisi parmi les partis politiques et les mouvements de la société civile ceux qui lui étaient favorables ».  

Outre cette question, le numéro 1 du Pdci s’est exprimé sur les raisons de son divorce avec Alassane Ouattara, le président du Rhdp. Pour Henri Konan Bédié, ce divorce est dû au fait que le parti du président de la République Alassane Ouattara a refusé l'alternance et n’a pas tenu tous les autres engagements que stipulaient leur accord. « Il n'y a pas de démocratie sans alternance. C'est l'alternance qui fait le changement que désirent tous les peuples du monde entier. Le parti de Ouattara ayant refusé cette alternance et n'ayant pas tenu tous les autres engagements que stipulait notre accord, nous avons décidé de quitter.», a dit l’ex-président ivoirien.

A 85 ans, l’appétit pour le pouvoir d’Etat ne manque pas chez le Sphinx de Daoukro qui souhaite en effet sortir de l’histoire de la Côte d’Ivoire par la grande porte. Chassé du palais présidentiel d’Abidjan-Plateau par les militaires le 24 décembre 1999, le président du Pdci souhaite reconquérir le pouvoir pour redorer son image d’homme d’Etat. Dans cette optique, il vient de créer une plateforme non idéologue regroupant 24 partis de l’opposition dont le Front populaire ivoirien (Fpi) de Laurent Gbagbo qui verra officiellement le jour le samedi 14 septembre prochain au cours d’un grand meeting prévu au Parc des sports de Treicheville.

Cette situation semble agacer le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara qui souhaite une modification de la Constitution adoptée en 2016. Laquelle Constitution avait été saluée et jugée comme la plus moderne de tous les temps. Même si Alassane Ouattara lors de son adresse à la nation à l’occasion de l’an 59 de l’indépendance de la Côte d'Ivoire, a évoqué que cette modification ne viserait personne, tout porte à croire à ce jour, que le président de la République, en a bien l’intention. En effet des bruits des vestiaires de l’Assemblée nationale font état de ce qu’un projet de loi portant sur la limite d’âge pour la candidature à la présidentielle se rapprocherait de la table des parlementaires ivoiriens.

Faut-il, le rappeler, la Constitution actuelle de la Côte d'Ivoire n'impose pas d'âge limite pour être candidat à la présidentielle.

 

Maxime KOUADIO

Pétition LIBAN (2)

1 | 2

 

Videodrome