Présidentielle 2020, crise au Fpi, réconciliation nationale/ Emile Guiriéoulou (Fpi) sans détour : « Le président Laurent Gbagbo viendra mettre fin à la polémique »


12/09/2019
Présidentielle 2020, crise au Fpi, réconciliation nationale/ Emile Guiriéoulou (Fpi) sans détour : « Le président Laurent Gbagbo viendra mettre fin à la polémique »
Le cadre du Fpi compte parcourir l'ensemble des départements de la région du Cavally.

Fin août 2019, l'ancien ministre de la Fonction publique, ponte du Front populaire ivoirien (Fpi), Emile Guiriéoulou, était en tournée dans sa région natale du Cavally. Au terme de cette tournée, l'ex-député à l'Assemblée nationale, qui a connu l'exil, de 2011 à début 2019, a accordé un entretien à L'inter, à sa résidence de Guiglo. Il s'est exprimé sur plusieurs sujets d'actualité dont la crise au Fpi.

 Qu'est-ce qui explique votre présence dans la région du Cavally ?

Je suis présent pour exprimer toute ma gratitude à mes parents et aux militants du Front populaire ivoirien qui, pendant mon absence, ont prié et versé l'eau afin que les mânes nous protègent dans le difficile exil que nous avons passé au Ghana. Je suis présent aussi pour dire merci pour le chaleureux accueil qu'ils ont réservé à la Première dame Simone Ehivet Gbagbo lors de son passage en avril dernier dans la région du Cavally. 

Quel message avez-vous passé aux militants et sympathisants du Fpi qui attendaient beaucoup de votre tournée ?

 En dehors de la reconnaissance que j'ai eue à l'endroit des militants, il était important pour moi de les rassurer que le Fpi se porte plus que bien. Et au-delà de la bonne santé du Fpi, nous nous sommes engagés à préparer les militants aux futures échéances électorales en Côte d'Ivoire, précisément, la présidentielle de 2020 à laquelle le parti de Laurent Gbagbo participera effectivement avec une commission électorale indépendante, consensuelle.

Comment comptez-vous réussir à mobiliser pour la présidentielle quand on sait que le Fpi est divisé et que certains de vos militants ne savent pas à quel saint de vouer ?

 C'est tout cela qui a occasionné ma tournée dans plusieurs localités du département de Guiglo. Je compte parcourir l'ensemble des départements de la région du Cavally. Nous sommes conscient de ce que les militants ont subi dans notre région. Raison pour laquelle, ma communication dans les différents villages visités, était axée sur la réconciliation et le pardon. C'est pour donner un coup d’accélérateur. J'ai donc profité pour mettre en confiance la majorité de nos bases relativement aux futures batailles électorales. Concernant la division du Fpi, c'est vous qui le dites, sinon, à notre niveau, le Fpi n'est pas et ne sera pas divisé. Ce sont des malentendus qui seront très vite dissipés à l'arrivée du président Gbagbo. Les parents de Guiglo et les militants ont été informés que Laurent Gbagbo viendra mettre fin à la polémique. Des gens peuvent se permettre de parler parce qu'il (Gbagbo) n'a pas encore mis les pieds en Côte d'Ivoire. Lorsque le président Gbagbo foulera le sol ivoirien, vous verrez que ces personnes rentreront dans leurs coquilles.

Avec votre parti, vous espérez exercer à nouveau le pouvoir d'Etat. Que reprochez-vous au président Alassane Ouattara qui a déjà indiqué avoir fait, en près de dix ans, plus que les présidents ivoiriens qui se sont succédé à la tête de la Côte d'Ivoire ?

Parlons d'abord de la politique sociale de l'actuel chef de l'Etat. Le rattrapage, les problèmes liés à l'éducation, ceux ayant trait à l'emploi, l'insécurité etc. sont des sujets de préoccupation. En jetant un regard en arrière, vous verrez que sous la mandature du président Laurent Gbagbo, les plus intelligents n'étaient pas seulement au Fpi. Les Ivoiriens étaient recrutés pour leurs compétences. Jugez-en vous-même ! Sous le pouvoir actuel, la plupart des services en Côte d'Ivoire sont régionalisés. Si, comme le suggère le chef de l’État, il est le meilleur, les Ivoiriens mangeraient à leur faim, l'école ne connaîtrait pas de grèves aussi longues, les jeunes ne manqueraient pas d'emploi.

 Le Fpi et le Rhdp se rejettent souvent la responsabilité d'actes de violence. Il est reproché notamment aux pro-Gbagbo d'instrumentaliser la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (Fesci). Que répondez-vous ?

 Pour la Fesci, c'est une accusation mal fondée puisque ce sont leurs différents responsables qui ont été ou sont encore leurs chevaux de bataille. A commencer par Guillaume Soro, Blé Guirao, Karamoko Yayoro et bien d’autres qui ont été ou sont toujours dans les bonnes grâces d'Alassane Ouattara. Le Fpi de Laurent Gbagbo a toujours gardé la tête sur les épaules et travaille dans le sens du bien-être et de la réconciliation. Les Ivoiriens pourront plus facilement se réconcilier en présence de Laurent Gbagbo. Alassane Ouattara a montré ses limites.

Réalisé à Guiglo par Achille KPAN

Correspondant régional 

 

 

 

Achille Kpan

|

  • SOURCE: L'inter
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte