‘’Affaire Mangoua Jacques’’: Ses avocats crient au complot et dévoilent un potentiel suspect, ce qu’ils pensent de la juge qui a tranché l’affaire


09/10/2019
‘’Affaire Mangoua Jacques’’: Ses avocats crient au complot et dévoilent un potentiel suspect, ce qu’ils pensent de la juge qui a tranché l’affaire
Me Adjé Luc (à gauche) et Me Brou Siméon (à droite) lors de la conférence de presse

Jacques Mangoua, vice-président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda), et président du Conseil régional du Gbêkê, a été condamné le jeudi 03 octobre 2019 à cinq (05) ans d’emprisonnement par le tribunal de Bouaké. Une condamnation qui intervient seulement à quelques 12 mois du scrutin présidentiel d’octobre 2020. Pour les avocats de Mangoua Jacques, nul doute, leur client est victime d’un complot.

Ils l’ont clairement signifié, ce mercredi 09 octobre 2019 au cours d’une conférence de presse tenue au siège du Pdci, sis à Abidjan-Cocody. « Il est victime d’un complot. Je ne connais personne sur cette terre qui dépose les armes chez lui, qui est censée savoir que c’est interdit et qui porte ces faits à la gendarmerie, pour dire je suis un délinquant, venez me prendre pour me mettre en prison. Si on n’est d’accord pour dire que Monsieur Mangoua n’est pas fou, alors on est amené à dire qu’il a été victime d’un complot. Quand moi, je n’ai rien mis dans ma maison, et puis on retrouve quelque chose dans ma maison, pensez-vous que ce n’est pas un complot ? Je ne peux pas vous dire qui est l’auteur du complot, mais c’est un complot. Est-ce que vous connaissez quelqu’un qui va prendre des armes, allez déposer chez lui et allé appeler la police pour dire, j’ai des armes chez moi ?», a fait savoir Me Adje Luc, avocat de Mangoua Jacques, indiquant que, le nom d’un potentiel suspect a été porté à la connaissance du Procureur Braman Koné bien avant le début du procès. Et que, ce dernier n’aurait pas réagi.

Potentiel suspect dans l’affaire

« Les gens ont mené leurs investigations. Il y a une personne qu’ils soupçonnent d’avoir commis cet acte. Ils ont même donné son nom, son adresse et son lieu d’habitation au procureur. Pour l’heure, je ne peux pas révéler son identité. Nous l’avons signifié à l’audience. Nous avons fait un courrier dans lequel se trouvait le nom de la personne qui est soupçonnée poser cet acte. Mangoua Jacques a écrit au procureur pour dire que les enquêtes qui ont été menées, nous ont amené à telle personne, elle habite ici. Allez y interroger cette personne avant qu’elle ne fuit. Le procureur ne l’a pas fait. Tout ce que je dis a été débattu à l’audience.», a dit Me Adjé Luc qui avait à ses côtés Me Brou Siméon.

Attitude de la juge lors du procès

Outre cette question, Me Adjé Luc a fustigé le verdict rendu par la juge. Verdict qui selon lui, serait influencé par des mains obscures. Il en veut pour preuve, l’attitude de la juge chargée de l’affaire lors du procès. Une attitude qu’il dit n’avoir jamais vu en quarante années d’exercice de son métier.  « Ceux qui ont suivi l’audience ont pu remarquer l’attitude de Madame le président. Quand nous avons finis de plaider, elle a suspendu l’audience et s’est retirée pendant une heure de temps, elle est ensuite revenue, et a mis l’affaire en délibéré et est sortie encore une heure de temps. Moi j’ai rarement vu ça, suspendre une audience pendant une heure de temps, remettre l’affaire en délibérée, repartir pendant une heure de temps, je n’ai jamais vu ça. Ça veut dire beaucoup de choses. Il appartient à chacun de lire entre les lignes pour essayer de comprendre.», a laissé entendre, Me Luc Adjé, ancien bâtonnier de l'Ordre des avocats de Côte d’Ivoire. Qui a espoir que son client pourra être de nouveau libre.  

Espoir de Me Luc Adjé

« Des fois,  on a l’impression que les causes sont désespérées, et puis on est agréablement surpris. Cela va faire presque 40 ans que je pratique ce métier, des fois on est désespéré et on est agréablement surpris. Je crois qu’on sera agréablement surpris. Je crois que la décision qui a été rendue et qui a fait l’objet d’appel sera réexaminée dans un délai raisonnable et peut être que nous aurons devant la cour d’appel une chance d’un autre examen dans une ambiance plus apaisée pour que triomphe la vérité.», a souhaité Me Luc Adjé.

Placé sous mandat de dépôt lundi, Jacques Mangoua avait été interpellé vendredi 27 septembre 2019. Une semaine auparavant, des sacs contenant 991 munitions d’armes de guerre, 49 munitions de fusil calibre 12 et 40 machettes  avaient été découverts par un gardien dans la propriété qu’il possède à N’Guessankro, son village natal dans le département de Béoumi. Informé, le chef du village, frère de Jacques Mangoua a immédiatement prévenu ce dernier qui, à l’en croire, ne s’était pas rendu dans sa propriété depuis plusieurs mois. Jacques Mangoua aurait alors prévenu le chef de la gendarmerie locale et le préfet.

 

Maxime KOUADIO

 

1 | 2

 

Videodrome