Torture, traitements cruels, inhumains et dégradants : La Côte d’Ivoire en instance de validation de son rapport à présenter au Comité contre la torture


19/11/2019
Torture, traitements cruels, inhumains et dégradants : La Côte d’Ivoire en instance de validation de son rapport à présenter au Comité contre la torture
Selon la ministre Aimée Zebeyoux, ce rapport vise le respect de la dignité humaine, conditions sine qua non de la paix et de la sécurité durable en Côte d’Ivoire

Soucieuse du respect de ses engagements internationaux auxquels elle a souscrit, la Côte d’Ivoire entend se conformer à ses obligations vis-à-vis du Comité contre la torture. Dans cette optique, le gouvernement ivoirien, à travers le Secrétariat d’Etat chargé des droits de l’Homme a organisé, le lundi 18 novembre 2019, un atelier pour la validation du rapport de la Côte d’Ivoire au comité contre la torture.

Durant trois (03) jours, les membres du Secrétariat d’Etat chargé des droits de l’Homme, du comité interministériel de suivi de l’application des instruments internationaux relatifs aux droits de l’Homme, du Conseil national des droits de l’Homme (Cndh) et des organisations de la société civile recueilleront et enrichiront les réponses aux 47 questions soumis à la Côte d’Ivoire par le comité contre la torture, lors de sa 59ème Session tenue du 7 novembre au 7 décembre 2016 à Genève, la capitale Suisse.

« Le présent atelier vient à point nommé et offre à la Côte d’Ivoire l’occasion de se mettre à jour dans la soumission des rapports au Comité contre la torture; aux participants l’occasion de mettre en pratique les outils, techniques et connaissances de rédaction qu’ils ont reçu des facilitateurs du Bureau régional pour l'Afrique de l'ouest (Hcdh-Brao) du haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme, qui d’ailleurs sont encore des nôtres aujourd’hui afin de nous accompagner davantage.», a dit la Secrétaire d’Etat, chargée des droits de l’Homme, Aimée Zebeyoux. Qui demeure persuadée que l’atelier, donnera l’occasion à tous les participants de mieux apprendre mutuellement les uns des autres.

« J’exprime l’espoir que votre espace de travail, dans une approche participative et interactive, renforce vos connaissances dans la collecte et l’analyse des données et informations actualisées, afin de faciliter, plus tard, la rédaction du rapport du par la Côte d’Ivoire au Comité contre la torture. », a-t-elle souhaité, tout en réitérant ses remerciements au Programme des nations unies pour le développement (Pnud) pour son soutien dans la mise en œuvre de ce rapport, qui selon elle, vise le respect de la dignité humaine, conditions sine qua non de la paix et de la sécurité durable en Côte d’Ivoire.

 

Maxime KOUADIO

1 | 2