Bruxelles/ La rencontre Gbagbo-Affi livre ses secrets : Les témoins de l'audience, ce que Affi a proposé au fondateur du Fpi


10/01/2020
Bruxelles/ La rencontre Gbagbo-Affi livre ses secrets : Les témoins de l'audience, ce que Affi a proposé au fondateur du Fpi
Le fondateur du Fpi, Laurent Gbagbo, et son ancien Premier ministre, Affi N'guessan, se sont parlé dans la capitale belge.

Le Front populaire ivoirien (Fpi) n’ira pas à la présidentielle de 2020 en deux morceaux. C’est ce que l’on peut retenir de la rencontre des 3 et 4 janvier dernier à Bruxelles, entre Laurent Gbagbo et son ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan.

Face aux nombreux échecs de ses tentatives de rencontres avec celui qu’il considère comme son « patron », Affi N’Guessan, grâce à l’aide d’une dame (qui serait Agnès Monnet, son ancienne secrétaire générale), a réussi à rentrer en contact direct avec Laurent Gbagbo qu’il a supplié de le recevoir afin qu’il lui explique de vive voix ce qui se passe. Lui promettant d’accéder à tout ce qu’il voudra, pourvu que cela ne soit pas humiliant pour lui c'est-à-dire compromettant pour la suite de sa carrière politique. Après avoir pris l’avis de son secrétaire général Assoa Adou qui en a parlé avec la vice-présidente Simone Ehivet Gbagbo, l’ancien chef d’Etat a donné le ‘’ok ‘’ à son ancien collaborateur avec la condition de ne pas se répandre dans les journaux.

Arrivé à Paris, aussitôt qu’il a été appelé par les services de Laurent Gbagbo, Affi N’Guessan qui souhaitait avoir un témoin de sa démarche, a demandé sur place à Brigitte Kuyo (sa vice-présidente en charge de la coopération décentralisée et des jumelages) qu’il a pris le soin de briefer, de l’accompagner. Dans la capitale belge, le 3 janvier, Affi N’Guessan et sa collaboratrice sont effectivement reçus par Laurent Gbagbo qui était, pour la circonstance, entouré d'Assoa Adou et de l'avocate franco-ivoirienne, Me Habiba Touré. Les discussions ont porté ce jour sur l’actualité politique en Côte d’Ivoire et la crise au Fpi. L’occasion a été donnée aux deux parties d'aplanir les incompréhensions. « Affi a expliqué à Laurent Gbagbo les raisons  de ses sorties qui ont donné l’apparence d’un manque de respect à son égard », apprend-on. S'agissant de la stratégie de sortie de crise qui lui a été demandée, Affi N’Guessan a proposé un congrès qui se tiendra, prochainement, dans les règles de l’art. Ce congrès va plébisciter Laurent Gbagbo à la tête du parti. Pour rester conforme aux textes, Laurent Gbagbo a proposé que l’organisation de ce congrès se tienne sous le contrôle du professeur Hubert Oulaye, président du comité de contrôle du Fpi. Les deux parties, selon les conclusions de cette séance de travail, doivent poursuivre les travaux préparatoires de ce congrès à Abidjan, sous les présidences d’Assoa Adou et d’Affi N’Guessan.

Après tous ces accords, Laurent Gbagbo a consenti à un tête-à-tête avec son ancien Premier ministre. Ce tête-à-tête que le député de Bongouanou sous-préfecture souhaitait avant la séance de travail de groupe a finalement eu lieu après. Précisément le lendemain 4 janvier. Durant les trois (3) heures qu’a duré cette rencontre à huis-clos, il s’est essentiellement agi, selon une indiscrétion, pour Affi N’Guessan, de demander pardon à Laurent Gbagbo. Ce dernier l’aurait félicité pour certaines de ses actions à la tête du parti.

 

Blaise BONSIE(Correspondant en France)

 

 

 

 

Blaise Bonsie

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2

 

Videodrome