Côte d'Ivoire

Candidat à la présidentielle 2020, Thomas Noba (NCC) empêché de tenir son meeting à Grand Bassam, les dessous de l’affaire


14/01/2020
Candidat à la présidentielle 2020, Thomas Noba (NCC) empêché de tenir son meeting à Grand Bassam, les dessous de l’affaire
Thomas Noba ne comprend toujours pas pourquoi il n'a pu tenir son meeting bien qu'ayant reçu l'autorisation des autorités compétentes

Thomas Noba, président de la Nouvelle convergence citoyenne (NCC), et candidat à la présidentielle d’octobre 2020, n’a pu tenir, le samedi 11 janvier 2020, son meeting à la Place Carrefour Jeunesse de Grand Bassam, bien qu'ayant reçu l'autorisation des autorités compétentes.

Thomas Noba, président de la Nouvelle convergence citoyenne (NCC) et candidat à la présidentielle d’octobre 2020 n’a pu s’adresser à ses militants, le samedi 11 janvier 2020, à la Place carrefour Jeunesse où il avait prévu tenir son meeting dans l’après-midi.

« Nous avons assisté à quelque chose à Bassam qui nous a véritablement choqués. Nous avons eu l'autorisation de la mairie, de la police et bizarrement de façon spontanée nous avons vu des cargos de policiers venus investir le lieu de notre rassemblement. Sentant la menace venir, nous avons pris nos dispositions. Ce qui a fait que nous nous sommes retirés des lieux. Il n'y a pas eu d'incidents mais si on voulait forcer certainement qu'à Bassam le sang allait couler. En Côte d'Ivoire, il n'y a pas de liberté d'expression. Il faut que les partis puissent s'exprimer librement », s’est indigné Kakou Jérôme, secrétaire général adjoint de la Nouvelle convergence citoyenne.

En fait, le même jour, en début de matinée, le comité d’organisation dudit meeting qui s’était conformé aux formalités d’usage auprès des autorités compétentes a été surpris de s’entendre dire qu’il fallait, en plus, l’avis du roi de Moossou.

Qu’à cela ne tienne, le comité d’organisation présent sur les lieux du meeting, entre en contact avec Thomas Noba et lui fait savoir qu’en plus de l’’autorisation des autorités compétentes, il faut l’avis de Nanan Kanga Assoumou, roi de Moossou. Le président de la NCC n’y comprend rien, mais se résout tout de même à se conformer à cette recommandation. Pour ce faire, il tente de joindre le roi de Moossou. En vain. Dans l’espoir qu’il aura plus tard une réponse, il laisse un message (SMS) à Nanan Kanga Assoumou.

N’ayant pas de réponse, Thomas Noba, lui-même fils de Moossou, parce qu’il est le petit-fils de feue Vappoh Agnès, reine mère de Moossou, s’adresse à ses parents. Sur conseils de ces derniers, le président de la NCC quitte Grand-Bassam pour Abidjan promettant de revenir pour tirer l'affaire au clair.

Aux dernières nouvelles, le roi de Moossou a répondu au candidat Noba Thomas à travers un sms : « Bonsoir. Je viens de rentrer de Bonoua, mais tranquillise-toi. Tout début n'est pas facile du courage et bonne chance ».

Joint au téléphone pour en savoir davantage, Nanan Kanga Assoumou a fait savoir qu'il n'est pas concerné par les activités politiques.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2