États-Unis : Un suprémaciste blanc Daniel Lee, premier exécuté fédéral depuis 17 ans


14/07/2020
États-Unis : Un suprémaciste blanc Daniel Lee, premier exécuté fédéral depuis 17 ans
Ce mardi, à 8h07, Daniel Lee, 47 ans, est décédé d'une injection létale à la prison de Terre Haute

En 2003, un moratoire avait suspendu la peine de mort fédérale sur l’ensemble du territoire américain. Donald Trump est parvenu à la rétablir malgré les réticences de certaines familles de condamnés et de victimes.

Suspendues depuis 2003, les exécutions de personnes condamnées à mort par des tribunaux fédéraux sont de nouveaux pratiquées aux Etats-Unis.

Ce mardi, à 8h07, Daniel Lee, 47 ans, est décédé d'une injection létale à la prison de Terre Haute, dans l'Indiana. « Vous tuez un homme innocent », a déclaré le condamné avant de mourir, selon un journaliste du Indianapolis Star qui a assisté à l'exécution. Cet homme avait été reconnu coupable en 1999 du meurtre d'un couple et de leur fillette de 8 ans dans l'Arkansas lors d'un cambriolage destiné à financer un groupe suprémaciste blanc. Le condamné a répété que lui et son coaccusé se trouvaient dans une autre partie du pays au moment des meurtres.

Un an après l’avoir demandé, Donald Trump a donc obtenu le retour de cette pratique. Et ce malgré les multiples recours tentés par la famille du prisonnier mais aussi des victimes.

Qu'est-ce que la peine de mort fédérale ?

Rétablie en 1988, la peine de mort fédérale a la spécificité d'être effective sur l'ensemble du territoire américain, à l'inverse de la peine de mort, en vigueur ou non, dans les 50 Etats. Elle concerne uniquement les crimes fédéraux tels que le meurtre au premier degré, l'espionnage ou encore les crimes de guerre.

En 2003, elle avait été écartée en raison de multiples controverses sur la méthode d'exécution. Elle consistait alors à injecter successivement trois médicaments dans le corps des détenus condamnés. Ce protocole avait été attaqué en justice pour avoir enfreint le huitième amendement de la Constitution américaine, qui interdit au gouvernement d'imposer des châtiments « cruels et inhabituels ». Elle était par ailleurs décriée pour avoir engendré plusieurs ratés, entraînant l'agonie et la souffrance des prisonniers.

À partir de 2012, un nouveau dispositif d'injection létale a été introduit au Texas à base de pentobarbital de sodium. Il est depuis en passe d'être généralisé dans tout le pays. Selon un témoin cité par Indianapolis Star, « il a fallu deux ou trois minutes après l'administration de la drogue pour que Lee meure. Il ne semblait pas souffrir. Ses lèvres bougeaient comme s'il faisait des bulles, mais rien n'en sortait. À un moment donné, il a légèrement relevé la tête, puis l'a reposée ».

La peine de mort en déclin aux Etats-Unis

Donald Trump, qui brigue sa réélection en 2020, réclame régulièrement un usage renforcé de la peine capitale, notamment pour les tueurs de policiers ou pour lutter contre le trafic de drogue. Or, la peine de mort est en déclin aux Etats-Unis, où seule une poignée d’Etats y ont encore recours.

 

Armand B. Depeyla

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome