Afghanistan: Les talibans s’emparent de Kaboul, le président en fuite à l’étranger

Afrique & Monde
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
afghanistan-les-talibans-s-emparent-de-kaboul-le-president-en-fuite-a-l-etranger Ashraf Ghani, le président afghan a fui le pays ce dimanche (Ph : DR)

Ashraf Ghani, le président afghan a fui le pays ce dimanche, laissant de fait le pouvoir aux talibans qui ont atteint Kaboul, symbole de leur victoire militaire totale en tout juste 10 jours.

20 ans après en avoir été chassé par une coalition menée par les États-Unis en raison de son refus de livrer le chef d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, « le mouvement islamiste » s’apprête à revenir au pouvoir.

L’ancien vice-président afghan, Abdullah Abdullah a annoncé, dans la soirée que le président Ashraf Ghani avait « quitté » le pays.

« L’ancien président a quitté l’Afghanistan, laissant les gens dans cette situation. Il rendra ses comptes devant Dieu et les gens rendront leur jugement », a déclaré M. Abdullah, également chef du Haut Conseil pour la réconciliation nationale.

« L’Émirat islamique ordonne à toutes ses forces d’attendre aux portes de Kaboul », a d’abord annoncé sur Twitter un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid. Puis il a précisé qu’elles étaient autorisées à pénétrer dans les zones de la capitale abandonnées par l’armée afghane, pour y maintenir l’ordre.

Les talibans ont aussi promis qu’ils ne chercheraient à se venger de personne, y compris des militaires ou fonctionnaires ayant servi pour l’actuel gouvernement.

D’ailleurs,  le ministre de l’Intérieur, Abdul Sattar Mirzakwal, a assuré qu’un « transfert pacifique du pouvoir » vers un gouvernement de transition allait avoir lieu.

Lire aussiCôte d’Ivoire : Point de la situation de la COVID-19 au 15/08/2021 les chiffres sont alarmants

L’Otan, qui se retire également d’Afghanistan, a appelé à « une solution politique au conflit, ce qui est plus urgent que jamais », selon un porte-parole.

Pour rappel, lorsque les Talibans dirigeaient le pays, entre 1996 et 2001, ces derniers avaient imposé leur version ultra-rigoriste de la loi islamique.

 

 

Yves Leroy