France : Sommet Franco-Afrique Montpellier Emmanuel Macron revient sur le 3e mandat de certains dirigeants Africain

Afrique & Monde
Publié le Source : Linfodrome
france-sommet-franco-afrique-montpellier-emmanuel-macron-revient-sur-le-3e-mandat-de-certains-dirigeants-africain Macron "Je ne crois jamais avoir été ambigu quand il y'a eu des tripatouillages constitutionnels".

Sommet Afrique-France, place à la table ronde proprement dite, ce vendredi 08 octobre 2021, à Montpellier, Emmanuel Macron, le chef de l’Elysée, prend langue avec la jeunesse, tant africaine que française. La rencontre se tient, sur le sol français, précisément à Montpellier. Ce Sommet revêt, quand même, un caractère particulier : aucun chef d’Etat africain n’est convié à la table.

Rien que la jeunesse, aucun Chef d’Etat africain. Lors de cette rencontre l’objectif c’est de tisser de nouveaux liens entre la jeunesse africaine et celle française. Les participants à cette table ronde vont se plancher, notamment, sur la façon de trouver des voies et moyens, pouvant permettre de faire naître de nouveaux liens, d’élaborer des projets communs, d’établir des passerelles. Ces échanges auront été précédés en amont par des temps de travail et de concertations, en France et sur le continent africain, afin de bâtir une véritable dynamique collective jusqu’au Sommet et au-delà.


Durant ces échanges d'une séance plénière très électrique, sans complaisance mais avec humour, la jeunesse Africaine, a fustigé le "colonialisme", le "paternalisme français" et les tripatouillages des constitutions pour les  3eme mandats. Cela  a bousculé le président Emmanuel Macron. Ils ont secoué et interpellé sans ménagement le président français, hôte de ce sommet inédit sans chefs d'État Africains. Défendant sa "sincérité" et niant tout "paternalisme", Emmanuel Macron a fait un pan sur les tripatouillages des constitutions pour les troisièmes mandats.

« Je ne crois jamais avoir été ambigu quand il y'a eu des tripatouillages constitutionnels. Le 3ème mandat en Guinée, je l'ai condamné avant, pendant et après les élections. Sur le coup d’Etat, on a soutenu la position de la Cedeao. Le Tchad, on est dans une situation différente.  C'est un Pays en guerre. La France reste militairement et on appui la transition guidée par L'union Africaine. La Côte D’Ivoire, il y'a un Président Alassane Ouattara qui s'exprime et qui dit qu'il ne fait pas de 3ème mandat. Je salue l’annonce. Puis le candidat Amadou Gon Coulibaly décède. Il a été dans une circonstance exceptionnelle, et il l'a remplacé et n'a pas pu tenir son engagement. Enfin,  sur le Mali, il y'a un Coup d'État militaire que l'on condamne. On a ensuite accompagné la Cedeao.», a-t-il retoqué le locataire de l’Elysée.  

Par ailleurs, Macron, a justifié  les troisièmes mandats des tripatouilleurs de constitutions.

PK