Guerre en Ethiopie : Les ressortissants internationaux appelés à quitter le pays dans l’urgence

Afrique & Monde
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
guerre-en-ethiopie-les-ressortissants-internationaux-appeles-a-quitter-le-pays-dans-l-urgence L'ONU évacue les familles de ses employés en Ethiopie, les ressortissants français appelés à quitter le pays

L’Éthiopie s'enfonce un peu plus dans une guerre civile. Les ressortissants français et d’autres pays sont appelés à quitter le pays face aux combats entre forces rebelles du Tigré TPLF et le gouvernement fédéral, qui se rapprochent de la capitale Addis Abeba après un an de guerre, rapportent les médias internationaux.

Face à l’avancement des rebelles en Ethiopie, l’Organisation des nations unies (ONU) veut évacuer d’ici jeudi 25 novembre 21 les familles de ses employés situés en Éthiopie, alors que la France a également appelé, mardi 23 novembre, tous ses ressortissants à quitter "sans délai" le pays.

Un document interne des services de sécurité de l'ONU, daté de lundi 22 novembre 2021 et consulté demande à l'organisation de "coordonner l'évacuation et d'assurer que tous les membres éligibles des familles du personnel recruté à l'étranger quittent l'Ethiopie au plus tard le 25 novembre 2021."

Parallèlement, "tous les ressortissants français sont formellement appelés à quitter le pays sans délai", affirme l'ambassade de France à Addis Abeba dans un courriel envoyé aux membres de la communauté française.

Avant la France, plusieurs pays dont le Royaume-Uni et les États-Unis, ont exhorté leurs citoyens à quitter l'Éthiopie.

L'ambassade française, qui dit prendre cette décision au vu de "l’évolution de la situation militaire", ajoute prévoir de faciliter le départ des ressortissants sur des vols commerciaux en réservant des sièges et "si nécessaire" d'affréter un vol charter.


Notons que le 2 novembre 2021, le gouvernement éthiopien avait déclaré l’état d’urgence dans tout le pays en vue freiner l’avancement les rebelles du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) dans le nord de la région.

 

Mariam Coulibaly (Stg)