Sanctions contre le Mali: La France s'invite dans le débat et brandit des sanctions

Afrique & Monde
Publié le Source : Linfodrome
sanctions-contre-le-mali-la-france-s-invite-dans-le-debat-et-brandit-des-sanctions Air France suspend ses vols en direction du Mali

Le bras de fer qui oppose le Mali à la CEDEAO s’est exporté à l’international. L’allié traditionnel de l’Afrique, la France s’est rangée du côté de l’institution sous-régionale en levant les premières sanctions contre le Mali.

Les sanctions contre le Mali par la CEDEAO ont été entérinées par la France. 24 heures après le sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO et de l’UEMOA qui s’est tenu à Accra, la France a brandi à son tour les sanctions. Cela s’est traduit par la suspension des vols en direction du Mali. « Tous les vols de la compagnie air France à destination de Bamako sont annulés » a-t-on appris.

La France fait-t-elle partie de la CEDEAO ?

L’annonce surprenante de cette information a créé une vague d’indignation et conforté certaines positions concernant la mainmise de la France sur la CEDEAO. La France fait-t-elle partie des pays de la CEDEAO ? se sont interrogés certains internautes.

Des passagers bloqués d’un aéroport en France

Bloqué à l’aéroport en France, un citoyen malien a confirmé l’annulation des vols de la compagnie française à destination de Bamako. « A la dernière minute, deux vols ont été annulés » a informé Maiga. Comment la France pays des droits de l’homme pourrait-elle agir au mépris des droits des citoyens ? Ou qu’il y a-t-il d’urgent pour se braquer contre le Mali ? Ce sont autant de questions que se posent les observateurs.

La France premier pays à appliquer les sanctions contre le Mali

La junte malienne étant considérée comme des déstabilisateurs des institutions, la conférence des Chefs d’Etat a, pour les contraindre, lancé un appel aux institutions communautaires. « La conférence instruit les institutions communautaires à prendre les dispositions pour la mise en œuvre de ces sanctions qui entrent immédiatement en vigueur ». À la communauté internationale et régionale, « la Conférence lance un appel à l’union africaine, aux Nations unies et à l’ensemble des partenaires pour qu’ils soutiennent le processus d’application de ces sanctions… ». Appel bien accueilli par la France qui aussitôt est passée à son application.


La réaction du gouvernement malien n’a pas tardé suite aux mesures prises par la CEDEAO. Mais jusqu’à où ira la junte militaire avec les nombreuses sanctions ?

Carlos DOGBA