Terrorisme au Burkina Faso : Un couvre-feu de 45 jours instauré dans la région du Sahel

Afrique & Monde
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
terrorisme-au-burkina-faso-un-couvre-feu-de-45-jours-instaure-dans-la-region-du-sahel Le couvre feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel au Burkina

Le couvre-feu instauré dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel au Burkina Faso a été prolongé de 45 jours à compter du 10 janvier 2022, a annoncé le gouverneur de la région, le colonel major Salfo Kaboré.

Pendant une période de 45 jours, du 10 janvier au 23 février 2022, le couvre feu sera instauré dans les villes de la région du Sahel. 

Pour les villes de Dori et de Djibo, le couvre-feu commence à 00h00 et prend fin à 04 heures du matin, précise le gouverneur dans un communiqué.

Quant aux communes de Gorom-Gorom, Bani, Falagountou, Sampelga et Seytenga, le couvre-feu est de 22h00 à 04h00, alors que pour les autres localités de la région, de 19h00 à 05 heures du matin.

Forte insécurité au Burkina Faso

Depuis 2015, le Burkina Faso est la cible d’attaques terroristes ayant fait de nombreuses victimes et plus de 1,5 million de déplacés internes.

Le pays compte à ce jour, 1 501 775 personnes déplacées selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha)

L’insécurité a également engendré la fermeture de 3.280 établissements scolaires soit 13,09 % des structures éducatives du pays, privant du droit à l’éducation quelque 511.221 enfants.

Le pays compte à ce jour, 1 501 775 personnes déplacées selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha).

Etat d’urgence dans le pays

Depuis 2019, l’état d’urgence est décrété dans 14 des 45 provinces que compte le pays, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Le Premier ministre burkinabè, Lassina Zerbo, a déclaré vendredi 07 janvier 2022 que malgré les efforts déployés jusque-là, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso, l’intégrité du territoire est mise à mal.

Il a souligné que la priorité de son gouvernement était la lutte contre le terrorisme afin de favoriser le retour des déplacés internes dans leurs localités d’origine.

Malgré les mesures prises par le gouvernement burkinabè pour mettre fin au cycle de violences, la menace terroriste persiste dans ce pays du Sahel. 

Mariam Coulibaly (Stg)

Vidéo