Sanction contre le Mali : La Guinée s'oppose à la décision de la CEDEAO

Publié le
sanction-contre-le-mali-la-guinee-s-oppose-a-la-decision-de-la-cedeao Assimi Goita et Mamady Doumbouya sont sur la même longueur d'onde (PhDr).
Afrique & Monde

La junte au pouvoir en Guinée a décidé de ne pas s'aligner sur la décision de la CEDEAO.  

Les membres de la communauté économique de l'Afrique de l'ouest (Cedeao) semblent être en désaccord quand à l'isolement économique de Mali. La junte au pouvoir en Guinée dirigé par le Colonel Doumbouya Mamady n'entend pas suivre la position de la CEDEAO. Elle a décidé de prendre une tout autre voie.

Le colonel Doumbouya Mamady ne fermera pas ses frontières avec le Mali. De plus, l’ambassadeur de la Guinée au Mali n’a pas été rappelé par son président. Juste pour marquer la continuité de ses relations avec ce pays frère.

Les maliens déterminés

Toujours contre la Cedeao, une mobilisation à été lancé par des dirigeants maliens à Bamako. Ils projettent de faire un grand rassemblement au boulevard de l’indépendance. Et ce, avec pour objectif en tête : dire « non » aux sanction de la Cedeao.

Le peuple malien veut ainsi marquer son soutien à la transition dirigée par Assimi Goïta. Il demandait cinq (5) ans à la Cedeao pour remettre de l’ordre dans le pays. Avant de passer la main.

Nous sommes en train de travailler, nous avançons

Quand au ministre malien des Affaires Etrangères, Morissanda Kouyaté interrogé par Tv5 monde, le gouvernement est au travail. « Nous sommes en train de travailler, nous avançons. Nous avons un gouvernement qui est mis en place. Il est 100% civil » a-t-il déclaré.

Les sanctions de la CEDEAO

Un embargo sur les échanges commerciaux et les transactions financières sont entre autres sanctions décidées par la Cedeao à l’encontre du Mali. La Cedeao a décidé de geler les avoirs maliens au sein de la Bceao, de fermer les frontières entre le Mali er les Etats membres de l’organisation.


Elle suspend également les transactions avec Bamako, à l’exception des produits médicaux et ceux de premières nécessités. Elle a aussi décider de retirer les ambassadeurs des pays membres.

une situation similaire à celle de la Côte d'Ivoire pendant le règne de Laurent Gbagbo. Pour son cas, la Côte d'Ivoire a été même privée de produit médicaux.

En passant, il faut noter que certains pays comme l’Ethiopie, la Turquie et la Mauritanie continuent leur trafic aérien avec le Mali

A.Z.