Mali : Assimi Goïta sur les traces de Laurent Gbagbo

Publié le
mali-assimi-goita-sur-les-traces-de-laurent-gbagbo Le Colonel Assimi Goita comme Laurent Gbagbo en 2010
Afrique & Monde

Même si les faits diffèrent, il n’en demeure pas moins de constater des similitudes entre le cas Laurent Gbagbo en 2010 et celui de Assimi Goïta au Mali.

La situation au Mali rappelle celle de la Côte d’Ivoire en 2010 sous la gouvernance de Laurent Gbagbo.

Le cas Laurent GBAGBO

Les ennuis de Laurent Gbagbo ont commencé après l'organisation des élections en 2010 dont la Commission Électorale Indépendante (CEI) dirigée d'alors par Youssouf Bakayoko, a proclamé la victoire d'Alassane Ouattara. Décision soutenue par la communauté internationale (ONU), Sous-régionale (CEDEAO) et l'Union Africaine. Ce malgré, l'invalidation de ces résultats par le conseil constitutionnel présidé par Paul Yao N'Dré. Laurent Gbagbo avec les jeunes patriotes de Charles Blé Goudé s'était opposé à la décision, en organisant des meetings, sit-in et marches éclatées.

Des panels des chefs d’Etat africains ont été diligentés en Côte d’Ivoire pour le convaincre de céder le pouvoir. Malheureusement, les négociations qui n’ont pas pu aboutir. Et 4 mois après, une intervention militaire conjointe force licorne et FRCI a été opérée pour évincer Laurent Gbagbo du pouvoir, avant sa déportation à la CPI.

Le cas Assimi Goïta.

Arrivé au pouvoir en août 2020, par un coup de d'État militaire, qui a vu le renversement de Ibrahim Boubacar Keita, la CEDEAO dès les premières heures, avaient exigé le rétablissement de l'ordre constitutionnel dans un délai raisonnable. Et des missions ont été menées, par l’ancien président de Nigeria GoodLuck Jonathan et les membres de la commission pour exprimer à la junte militaire leur désapprobation.

Multipliant, les consultations, Assimi Goïta lors des assises nationales qui ont duré 1 mois, a bénéficié du soutien du peuple malien qui a souhaité la reconduction des militaires pour 5 ans 5 mois pour l’organisation des élections. Ce qui leur permettra le rétablissement de la situation sécuritaire qui est mise en mal par les attaques terroristes. Assimi Goïta a donc diligenté une mission après de la CEDEAO pour leur faire part de la décision du peuple malien. Un vœu qui n'a pas obtenu leur assentiment.

L’ONU solidaire de la CEDEAO et réclame un calendrier électoral acceptable

Ainsi, le sommet extraordinaire sur le Mali du 9 janvier, qui a réuni des chefs d'État a donné un ultimatum à la junte militaire pour l'organisation des élections dans un bref délai avec réaménagement du calendrier électoral, en vue de la remise du pouvoir aux civils. En attendant, des sanctions ont été prises contre le peuple malien.


La décision a été portée à la table de l'ONU. Aussitôt le secrétaire général Antonio Guterres  a réclamé un calendrier électoral acceptable. Sans pour autant se désolidariser de la CEDEAO.

Similitudes entre le cas Gbagbo et Goîta

Même si le cas Gbagbo se différencie de celui de La junte militaire d'Assimi Goïta. On est en même de constater des similitudes. D’abord comme les patriotes en 2010, le peuple malien a organisé sa première marche de soutien à travers le pays à la junte militaire, le 14 janvier. Et attendent les amplifier dans les prochains jours.

Pour combien de temps résistera Assimi Goita ?

Laurent Gbagbo solidaire du peuple malien, leur a apporté son soutien. D’abord en faisant une déclaration pour condamner l’attitude de la CEDEAO. Ensuite en dépêchant une délégation aux marches éclatées qui ont eu lieu au Mali. Mais pour combien de temps résistera Assimi Goïta ? Entre la CEDEAO et la junte militaire qui fléchira ? Tout est réuni pour prédire que la junte militaire risque de connaître le même sort que Laurent Gbagbo en cas d’entêtement.

Carlos DOGBA