Mexique/Personne disparu : des chiffres qui donnent froid dans le dos depuis 1964

Publié le
mexique-personne-disparu-des-chiffres-qui-donnent-froid-dans-le-dos-depuis-1964 A l'occasion de la fête des mères célébrée le 10 mai au Mexique, des manifestations pour attirer l'attention sur les disparitions de proches.
Afrique & Monde

Le nombre des personnes disparues au Mexique a atteint un niveau record ce lundi, en dépassant les 100.000 cas répertoriés depuis 1964.

 Selon les données officielles du ministère de l'Intérieur mexicain

Selon le registre  national des personnes disparues ou non localisées,  100.012 personnes ont été portées disparues entre le 15 mars 1964 et le 16 mai  2022. Parmi celles-ci,  environ 75%  sont des hommes.   Les  cinq régions du Mexique les plus touchées par cette tragédie humaine sont  les États de Jalisco  (ouest, 14.871 cas),  de  Tamaulipas (nord-est, 11.971), de Mexico (centre, 10.996) de Nuevo León (nord, 6.222), et de Veracruz (est, 5.736).

Nous exigeons  que l'État mexicain aborde de toute urgence, avec force et intégrité la grave crise de disparitions et d'identification humaine que nous vivons au Mexique

Les premiers disparus remontent à la  «guerre sale» menée  par l'Etat contre les mouvements révolutionnaires  dans les années 1960-1980. Mais les disparitions au Mexique se sont  multipliées  dans un contexte  de violences liées au trafic de drogue qui ravage le pays depuis 16 ans.

«Nous exigeons  que l'État mexicain aborde de toute urgence, avec force et intégrité la grave crise de disparitions et d'identification humaine que nous vivons au Mexique, qui doit être comprise comme faisant partie d'une terrible crise de violence et d'insécurité», a déclaré  le Mouvement pour nos disparus, une association qui milite pour faire la lumière sur ces disparitions. Selon cette association, le chiffre  annoncé par les autorités mexicaines  est très en deçà du nombre de cas enregistrés chaque jour dans le pays.

Crime organisé l’Etat Mexicain pointé du doigt

Le comité  contre les disparitions forcées de l'ONU avait  appelé, en avril dernier le gouvernement mexicain  à  prendre des mesures immédiates pour   juguler la hausse alarmante de  ce phénomène.   Cet organisme des Nations unies  a pointé la responsabilité  du crime organisé et la négligence, l'inaction voire la corruption des pouvoirs publics dans   ces disparitions forcées.

 Plus de 37.000 cadavres non identifiés attendent dans les morgues du pays, selon les autorités, mais les ONG estiment ce chiffre à 52.000.

Souvent  les familles et les mères se regroupent pour chercher eux-mêmes leurs proches dans des fosses communes clandestines  car les effectifs des forces de l'ordre ne permettent pas  de mener des enquêtes sérieuses, quand elles ont lieu, sur ces disparitions.

Plus de 37.000 cadavres non identifiés attendent dans les morgues du pays, selon les autorités, mais les ONG estiment ce chiffre à 52.000. L'Etat  mexicain tente de mettre sur pied une base de données nationale sur ces disparus mais  à cause de la surpopulation dans les morgues mexicaines, bon nombre de corps sont enterrés sans  avoir été identifiés.

Par ailleurs, il faut souligner que depuis 2006, le Mexique s'est engagé dans  une vaste opération militaire controversée contre les  cartels de la drogue. Au total,  340.000 personnes ont été tuées  dans des actes de violence liés  au crime organisé.