La CEDEAO lève les sanctions prises contre le Mali

Publié le Modifié le
la-cedeao-leve-les-sanctions-prises-contre-le-mali La CEDEAO a levé les sanctions contre le Mali
Afrique & Monde

Les chefs d'Etats de la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest ont decidé de la lévée des sanctions prises contre le Mali.

Les chefs d'Etat ont levé dimanche, 4 juillet 2022,  à Accra les sanctions commerciales et financières qui affectaient le Mali depuis janvier et validé le nouveau calendrier proposé par la junte d'une période de transition allant jusqu'à mars 2024.

Levée des sanctions contre le Mali

C'est acté ! Nous avons décidé de lever les sanctions économiques et financières contre le Mali», a déclaré à l'AFP un participant au sommet de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) sous couvert de l'anonymat. L'information a été confirmée à l'AFP par un responsable de la Cédéao qui participait aussi au sommet.

Il a par ailleurs été interdit aux membres de la transition de se porter candidat à une quelconque élection.Evoquant le sujet dans le cadre d’une interview accordé à RFI, un peut plus tôt dans la journée, Pape Ibrahima Kane, chargé des relations entre l'Open Society Initiative for West Africa (Osiwa) et les organes de l’Union africaine estimé que les leaders ouest-africain n’avait pas d’autre choix que de lever ces sanctions « impopulaire »

Les dirigeants ouest-africains ont tout intérêt à ce que le Mali rejoigne la communauté,

« Les dirigeants ouest-africains ont tout intérêt à ce que le Mali rejoigne la communauté, parce que les sanctions qui ont été prises ont été des sanctions impopulaires, impopulaires non seulement au niveau de la population du Mali, mais aussi au niveau de la région », a-t-il declaré. Précisant que les Etats comme le Senegal ont vraiment souffert de ces sanctions-là. « Maintenant que les militaires ont pris des mesures apaisantes, des mesures allant dans le sens de la fin de la transition, je pense que les États n’ont pas d’autres solutions que d’aller dans le sens d’une levée graduelle des sanctions contre le Mali et espérer un retour du Mali dans la communauté", a-t-il evoqué.

Le gouvernement de la transition malienne a, faut-il le rappeler, au cours d’un cadre de concertation avec la classe politique et les acteurs de la société civile, annoncé les dates des différentes échéances électorales (référendaires, présidentielles et législatives). A l’issue des échanges tenus les 28 et 29 juin 2022, il ressort que l’élection présidentielle est prévue en février 2024 et les autres scrutins se tiendront courant 2023.