RDC : Nouvelle attaque meurtrière à Butembo, dans l’Est du pays

Publié le
rdc-nouvelle-attaque-meurtriere-a-butembo-dans-l-est-du-pays Cinq policiers tués dans une attaque dans l'Est de la République Démocratique du Congo
Afrique & Monde

Nouveau drame en République Démocratique du Congo. Aumoins cinq policiers ont été tués d’une attaque, le vendredi 12 août, dans l’Est du pays.

En République démocratique du Congo, une nouvelle attaque a eu lieu le vendredi 12 août 2022, dans l’Est du pays contre les forces de sécurité dans la ville de Butembo, dans le Nord-Kivu. Cinq policiers ont été tués alors qu'ils encadraient une manifestation contre l'insécurité dans la région, en proie aux violences armées, rapporte RFI.

Des hommes armés ouvrent le feu et tuent cinq policiers

"Des hommes armés, appartenant à une milice (mouvement Mai Mai) ont tiré sur les policiers", explique la capitaine Anthony Mwalwishay, porte-parole de l’armée dans la région, jointe par Alexandra Brangeon, de la rédaction Afrique.

« Tout a commencé par l’arrivée du convoi de cinq véhicules de la Mission des Nations unies au Congo, qui ravitaillaient quelques éléments de la Monusco qui sont dans la ville de Butembo. C’est une ville hostile aux forces armées et aussi à la mission des Nations unies. La population a commencé à barricader l’entrée de la ville ; la police est venue pour rétablir l’ordre mais malheureusement, il y avait des hommes avec des armes identifiés comme des Mai Mai Baraka, qui ont ouvert le feu directement sur la police nationale congolaise, tuant d’un coup cinq éléments de la police.

 Evasion de plus de 800 prisonniers

La situation est tendue à dans la ville de Butembo depuis le début de la semaine. Mercredi 10 août dernier, trois personnes, dont deux policiers, ont été tuées et plus de 800 détenus se sont évadés dans la nuit de mardi à mercredi pendant l'attaque de la prison centrale de Kakwangura à Butembo. Selon l’armée, cette attaque est l’œuvre des ADF, avec la complicité de miliciens Maï-Maï locaux. L’opération a permis la libération d’un combattant ADF ainsi que de douze femmes identifiées comme ayant des liens avec ces combattants.

Les ADF sont accusés d'être responsables de massacres de milliers de civils dans l'Est congolais et d'avoir commis des attentats en Ouganda.

Et fin juillet, quatre Casques bleus avaient été tués à Butembo lors de manifestations contre les Nations unies.