"Soutien de la France aux terroristes" : Le Mali porte de graves accusations contre Paris et saisit l’ ONU

Publié le Modifié le
soutien-de-la-france-aux-terroristes-le-mali-porte-de-graves-accusations-contre-paris-et-saisit-l-onu Assimi Goïta, chef de la junte militaire au pouvoir au Mali
Afrique & Monde

Après avoir obtenu le départ de la Force française Barkhane du territoire malien,  un autre bras de fer se profile à l’horizon entre Bamako et Paris.

Cette fois, c’est devant le Conseil de sécurité des Nations-unies que se jouera la bataille. Selon Jeune Afrique qui livre l’information, le Mali accuse la France d'avoir livré des armes et des munitions aux terroristes et soutient avoir des preuves solides de ces accusations.

le Conseil de sécurité de l'ONU, saisi


Selon l’hebdomadaire panafricain, Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères a adressé un courrier au Conseil de sécurité en vue de la tenue d’une réunion d’urgence. Dans sa lettre, révèle notre source, le chef de la diplomatie malienne multiplie les accusations envers la France et ses soldats dont les derniers ( les forces Barkhane)  ont officiellement quitté le territoire malien le 15 août 2022.

En plus de la dénonciation des récurrentes violations de son espace aérien, le diplomate malien affirme dans son courrier disposer de preuves et être prêt à les présenter au Conseil de sécurité.  Allant plus loin, il affirme aussi détenir des éléments qui indiqueraient que la France avait collecté des renseignements au Mali afin de les fournir à certains groupes terroristes.

Paris aurait également, selon le même Abdoulaye Diop, livré des armes et des munitions à ces derniers

Paris aurait également, selon le même Abdoulaye Diop, livré des armes et des munitions à ces derniers.  Le 7 août, des attaques simultanées imputées à l’État islamique au grand Sahara (EIGS) ont fait 42 morts et de nombreux blessés dans les rangs des forces armées maliennes (FAMA).   Bamako avait dans la foulée produit un communiqué dans lequel il évoquait une forme de complicité extérieure.  

« Les opérations clandestines et non coordonnées enregistrées par les Famas confirment la thèse que les terroristes ont bénéficié d’un appui majeur et d’une expertise extérieure », a ainsi déclaré l' État-major des armées maliennes dans son communiqué , faisant sans doute allusion aux prétendues incursions aériennes françaises.