77ème Assemblée générale de l’ONU : La sécurité en Afrique au menu des échanges

Publié le Modifié le
77eme-assemblee-generale-de-l-onu-la-securite-en-afrique-au-menu-des-echanges L'Afrique de veut pas être le foyer d'une nouvelle guerre froide, a dit Macky Sall lors de son intervention à la 77ème AG de l'ONU
Afrique & Monde

Les dirigeants de la planète se succèdent à partir de ce mardi 20 septembre 2022 à la tribune de la 77ème Assemblée générale de l'Onu.

La 77e Assemblée générale de l’ONU, réunion annuelle des chefs d’État et de gouvernement au siège des Nations unies, s’ouvre ce mardi 20 septembre à New York.

Pendant près d'une semaine, quelque 150 chefs d'État et de gouvernement du monde entier vont prendre la parole lors de cette réunion annuelle qui reprend en présentiel après deux années perturbées par le Covid-19.

Des dirigeants africains appelés à la tribune

La guerre en Ukraine, dérèglement climatique, insécurité alimentaire vont dominer cet événement pendant près d’une semaine, avec quelques rendez-vous africains importants, notamment un sommet extraordinaire de la Cédéao, comme rapporté par le confrère de RFI.

Le président de l’Union Africaine, sénégalais Macky Sall est le premier chef d’État africain à monter la tribune, juste derrière le président brésilien, Jair Bolsonaro, à prendre la parole lors de cette grand-messe diplomatique annuelle.

Lors de son discours d'ouverture, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a mis en garde contre le risque "d'un hiver de grogne mondiale" en raison des multiples crises qui frappent l'humanité.

« L’Afrique ne veut pas être un fardeau »

"La crise du pouvoir d'achat se déchaîne, la confiance s'effrite, les inégalités explosent, notre planète brûle", et malgré tout "nous sommes bloqués par un dysfonctionnement mondial colossal", a déclaré Antonio Guterres qui a plaidé pour une taxe sur les profits des énergies fossiles.

Intervenant sur la question de l’insécurité alimentaire an Afrique, le président de l’UA, le sénégalais Macky Sall déclaré que "L'Afrique a assez subi le fardeau de l'histoire" et ne veut pas être "le foyer d'une nouvelle guerre froide". En référence à la guerre d'influence que se livrent la Russie et les pays occidentaux sur le continent.

À deux mois de la conférence sur le climat de l'ONU COP27, le président de l'Union africaine, il a appelé dans son intervention les pays riches à financer l'adaptation des pays les plus vulnérables au réchauffement climatique.

L’après-midi, Macky Sall sera suivi par le président des Seychelles, Wavel Ramkalawan, puis par le Congolais Félix Tshisekedi et le Centrafricain Faustin-Archange Touadéra, l’un après l’autre, et ensuite le chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch.

Mercredi, sera au tour des présidents du Nigeria, puis de plusieurs autres pays du continent, dont le Rwanda, Madagascar, le Gabon, la Côte d’Ivoire, le Kenya et le Ghana. Ensuite, ce sera le tour des Premiers ministres, puis des ministres de s’exprimer les jours suivants. Tous ces représentants vont intervenir sur les grands points de l’actualité africaine.

Sommet sur la sécurité dans le sahel

Un sommet sur la sécurité dans le Sahel et le golfe de Guinée doit également avoir lieu, en présence de la France, ainsi qu’un « panel de haut niveau », dont des chefs d’États ouest-africains, dont le président nigérien, Mohamed Bazoum, ainsi que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna.

Et un sommet extraordinaire de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) est bel et bien confirmé ce jeudi 22 septembre 2022, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York à partir de 17h30 heure locale, de source bissau-guinéenne. Il y sera question des 46 soldats ivoiriens détenus au Mali depuis le 10 juillet dernier. La Guinée -Bissau assure en ce moment la présidence tournante de la Cédéao.