Iran : Des dizaines de morts dans des protestations contre le décès d’une femme détenue

Publié le
iran-des-dizaines-de-morts-dans-des-protestations-contre-le-deces-d-une-femme-detenue Des dizaines de morts et centaines personnes arrêtées dans les manifestations en Iran
Afrique & Monde

En Iran, le bilan humain s’alourdi alors que les manifestations se multiplient après la mort d'une jeune femme détenue par la police des mœurs.

Le dernier bilan des manifestations en Iran fait état de 35 morts, selon les médias d'État, 50 selon l'ONG d'opposition Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo. La colère ne faiblit pas huit jours après la mort de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans arrêtée par la police des mœurs pour ne pas avoir mis correctement son hijab, rapporte RFI.

Des manifestations dans les rues

"Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux nous parviennent d'Iran, même s'il faut les prendre avec précaution car elles sont difficilement vérifiables. On y voit toujours les mêmes scènes : des manifestations de nuit, dans les rues, avec des slogans hostiles au régime. Beaucoup de jeunes, des femmes dévoilées, mais aussi des hommes. La circulation est entravée, des pneus ou des véhicules sont incendiés".

"Et puis il y a ces images de répression par les forces de l'ordre. Comme cette vidéo largement diffusée et vérifiée par l'AFP, où l'on voit un homme en uniforme pointer son arme apparemment vers des manifestants et tirer, à Shahre Rey, dans le sud de Téhéran. Le régime est décidé à mater la rébellion, il parle d'émeutiers, et de complot ourdi par l'Occident. Dans le nord du pays, le chef de la police de la province de Guilan a annoncé l'arrestation de « 739 émeutiers parmi lesquels 60 femmes », selon l'agence Tasnimé.

"La jeune femme est décédée suite à son interpellation par la police des mœurs"

Selon les médias locaux, la jeune femme est décédée suite à son interpellation par la police des mœurs pour ne pas avoir mis correctement son hijab, la semaine dernière à Téhéran. Cela a provoqué une vague de contestation dans tout le pays. De nombreuses femmes manifestent depuis des jours contre le port du voile obligatoire.

Des militants affirment qu'elle a souffert d'une blessure à la tête alors qu'elle était en détention. La police iranienne a rejeté ces accusations et une enquête a été ouverte. Cette affaire a provoqué une vague de colère en Iran et de vives condamnations internationales, notamment de l'ONU, des Etats-Unis et de la France.

Les manifestations se sont poursuivies pour la cinquième nuit consécutive dans les rues d'une quinzaine de villes iraniennes. Des manifestants en colère ont bloqué la circulation, incendié des poubelles et des véhicules de police, lancé des pierres sur les forces de sécurité et scandé des slogans hostiles au pouvoir, selon l'agence officielle Iran.

En Iran, se couvrir les cheveux est obligatoire en public. La police des mœurs interdit en outre aux femmes de porter des manteaux courts au-dessus du genou, des pantalons serrés et des jeans troués ainsi que des tenues de couleurs vives, entre autres.