Coup d'Etat-Burkina Faso : De nouveaux tirs d'artillerie entendus à Ouagadougou, accusé, Paris réagi avec fermeté

Publié le Modifié le
coup-d-etat-burkina-faso-de-nouveaux-tirs-d-artillerie-entendus-a-ouagadougou-accuse-paris-reagi-avec-fermete De nouveaux tirs d'artillerie sont signalés au Burkina Faso après le coup d'Etat militaire
Afrique & Monde

Des tirs nourris sont signalés dans le centre de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, moins de 24 h après le coup d’Etat militaire du capitaine Ibrahim Traoré, chef de corps des forces spéciales de l’unité Cobra.

 Après une journée émaillée de tirs dans le quartier de la présidence à Ouagadougou, le vendredi 24 septembre 2022, une quinzaine de soldats en treillis et pour certains encagoulés ont pris la parole, peu avant 20H00 (GMT et locale) sur le plateau de la radiotélévision nationale.

De nouveaux affrontements signalés


"Le lieutenant-colonel Damiba est démis de ses fonctions de président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration" (MPSR, organe dirigeant de la junte), ont déclaré les militaires dans un communiqué lu par un capitaine, Ibrahim Traoré, chef de corps des forces anti djihadistes de l’unité Cobra. Annonçant la fermeture des frontières ainsi que la dissolution de la constitution burkinabè.

Moins de 24h après ce qui apparaîtrait à un coup de force réussi, de nouveaux affrontements sont signalés à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, précisément dans le quartier huppé de Ouaga 2000. Selon plusieurs sources citées par Radio Oméga, une chaîne de radio privée émettant dans le pays des hommes intègres, les hommes du lieutenant-colonel Damiba opposerait une résistance

farouche aux éléments de la nouvelle junte militaire au pouvoir.  Selon notre source, une partie de Ouaga 2000serait encore quadrillée par des militaires et le boulevard Mouammar Kadhafi bloqué.

 Réaction de la France

 

 Alors que certaines rumeurs font état d’une probable implication de l’armée française dans ces évènements, l’ambassade de France au Burkina Faso a publié un communiqué dans lequel elle rejette avec fermeté toute implication de Paris dans ce coup d’Etat qui a réservé le lieutenant-Colonel Paul Henri Damiba Sandaogo.  

Au regard des nombreux commentaires qui sont produits sur les réseaux sociaux, l’ambassade souhaite démentir avec fermeté toute implication de l’armée française

« Au regard des nombreux commentaires qui sont produits sur les réseaux sociaux, l’ambassade souhaite démentir avec fermeté toute implication de l’armée française dans les événements des dernières heures », peut-on lire dans le communiqué que cite le média burkinabè.

La France dément aussi « les rumeurs selon lesquelles des autorités burkinabè auraient été accueillies ou seraient sous la protection de militaires français ».L’ambassade dit suivre « attentivement la situation politique qui prévaut actuellement dans le pays, et tout particulièrement à Ouagadougou.

 Pour rappel, ce nouveau coup d’Etat militaire intervient seulement 8 mois après la chute de l’ex-président Roch Marc Christian Kaboré, renversé le 24 janvier 2022 après une opération menée par le desotmais ex-che d'Etatn Paul Henri Damiba Sandaogo.