Réseaux sociaux : 11.000 travailleurs licenciés, le fondateur du groupe Meta s’explique

Publié le
reseaux-sociaux-11-000-travailleurs-licencies-le-fondateur-du-groupe-meta-s-explique
Afrique & Monde

Les spéculations selon lesquelles Marck Zuckerberg réduirait son effectif se sont avérés vraies : 11.000 emplois ont été retirés sur 87.000, annonce Le Monde.

Mardi 8 novembre 2022, les médias occidentaux ont annoncé que Mark Zuckerberg le propriétaire du groupe Méta, allait prendre une décision radicale quant au nombre de personnes qu'il emploie. Après le bilan social fait ce mercredi 9 novembre 2022, l'homme d'affaires a trouvé juste de supprimer 11000 postes sur un effectif de 87 000 au départ. Une décision qui relève une forte statistique de licenciement troublant, mais qui pour lui semblait être la meilleure option.

Les raisons

Pour lui, il est clair que les circonstances actuelles ne lui permettent plus de garder sous son aile 87000 employés aussi performants soient-ils. Zukenberg avait au préalable annoncé les couleurs : « Le personnel du groupe ne doit pas augmenter d’ici l’an 2023 mais plutôt connaître une baisse ».

"J’ai décidé de réduire la taille de notre équipe d'environ 13 % et de laisser partir plus de 11 000 de nos talentueux employés"

Aujourd’hui, voici le discours du visionnaire qui a tenu à expliquer les choses : « Je partage certains des changements les plus difficiles que nous ayons apportés dans l'histoire de Méta » dit-il avant d’approfondir son argumentation : « J’ai décidé de réduire la taille de notre équipe d'environ 13 % et de laisser partir plus de 11 000 de nos talentueux employés. Nous prenons également un certain nombre de mesures supplémentaires pour devenir une entreprise plus légère et plus efficace en réduisant les dépenses discrétionnaires et en prolongeant notre gel des embauches jusqu'au premier trimestre. Je veux assumer la responsabilité de ces décisions et de la façon dont nous en sommes arrivés là. Je sais que c'est difficile pour tout le monde, et je suis particulièrement désolé pour ceux qui sont touchés ».

L’homme d’affaire reconnaît ses erreurs et assume. Il avoue qu’il pensait que l’augmentation de ses chiffres continuerait de grimper à cause de la covid-19 qui, il faut le reconnaitre arrangeait bien ses affaires notamment grâce à l’E-commerce.

"Je me suis trompé et j'en assume la responsabilité"

La pandémie s’étant estompée, il se confie : « Non seulement le commerce en ligne est revenu aux tendances antérieures, mais le ralentissement macroéconomique, la concurrence accrue et la perte de signal publicitaire ont entraîné une baisse de nos revenus par rapport à mes attentes. Je me suis trompé et j'en assume la responsabilité ».

Après cette décision majeure dans toute l’histoire du groupe méta, on espère voir un rehaussement du bénéfice au prochain plan social.

Dolorès Touali (Stg)