Investissement en Afrique subsaharienne: La Côte d’Ivoire désignée pays le plus attractif

Publié le Modifié le
investissement-en-afrique-subsaharienne-la-cote-d-ivoire-designee-pays-le-plus-attractif L’environnement des affaires en Côte d’Ivoire favorise le flux d’investissements.
Economie

Dans un rapport publié sur son site, le cabinet américain Nielsen's africa prospects indicators (Api), a désigné la destination Côte d’Ivoire comme étant la plus attractive en matière d’investissement devant le géant nigérian.

Plusieurs facteurs macroéconomiques sont à l’origine de cette montée en puissance de la Côte d’Ivoire. Il s’agit en premier du niveau d’inflation qui demeure stable tout en enregistrant une moyenne annuelle qui se situait à fin janvier 2016 à 1,1% en dessous du seuil de convergence communautaire de 3% fixé par l’Uemoa. Ensuite, les perspectives de croissance positives suivie d’une certaine stabilité depuis les élections d’octobre 2015. Enfin, l’attractivité du nouveau code des investissements. Ce sont les critères qui ont milité en faveur du premier rang occupé par la Côte d’Ivoire dans ce rapport. Les chiffres du Centre de promotion des investissements de Côte d’Ivoire (Cepici) sont parlants. La direction de l’attraction des investissements au niveau du Cepici a enregistré en 2014, 27 missions et délégations d’investisseurs internationaux. La création de 6847 par le guichet unique de formalités avec un flux d’investissements de plus de 320 milliards de F cfa. Il faut également noter l’organisation du Forum Ici 2014 à Abidjan au cours duquel 103 pays ont été enregistrés avec 5588 participants et 738 milliards de F cfa d’intentions d’investissements. Ce qui a naturellement permis d’accroître les Investissements directs étrangers (Ide). Il faut noter que le rapport Nielsen’s Africa prospects indicators vise à comparer les opportunités d’investissements dans neuf pays du continent pour en faire un classement. Le cabinet américain Nielsen’s, en charge de cette étude, fonde ses critères sur les indicateurs tels que l’économie, la confiance dans les affaires, la confiance dans le secteur du commerce des détails, la confiance des consommateurs, etc. Les données assemblées permettent de produire une analyse complète de l’environnement macro-économique et micro-économique. Au terme de cette analyse pour l’édition 2015, la Côte d’Ivoire détrône le Nigéria qui occupe désormais la quatrième place. « La position de la Côte d'Ivoire s'est améliorée en raison de ses perspectives commerciales, et elle continue de bien se positionner en termes de confiance dans le secteur du détail. Malgré qu'elle soit en troisième position en termes de facteurs macro-économiques plus globaux, sa croissance économique et l'inflation stable et les récentes élections favorisent un environnement fertile pour l'investissement », a déclaré Allen Burch, directeur général de Nielsen Africa. La principale raison de la chute du géant Nigérian s’explique en grande partie par la détérioration des indicateurs macro-économiques et de la chute des prix des matières premières, en particulier, le pétrole. Si ce bond qualitatif de la Côte d’Ivoire est salutaire, le pays devra tout de même engager certains ajustements macro-économiques et structurels s’il veut maintenir la première place dans les éditions prochaines. Notons que pour les douze prochains mois, toujours selon ledit rapport, l’Ethiopie, la Côte d’Ivoire, le Mozambique et le Kenya sont les pays du continent dont les conjonctures seront les plus favorables à l’investissement. Espérons donc que pour le cas de la Côte d’Ivoire, les attaques de Grand-Bassam ne viennent pas annihiler tous l’effort consentis dans le cadre de l’environnement des affaires.

Check KONE

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.