Rachat de la Bhci par des Tunisiens: Abou Touré, Dg de la banque, pique une grosse colère

Publié le Modifié le
rachat-de-la-bhci-par-des-tunisiens-abou-toure-dg-de-la-banque-pique-une-grosse-colere Abou Traoré, directeur de la Bhci, n’a pas apprécié la manière dont l’annonce de la privation de sa banque a été faite.
Economie

Ce n’est plus un secret. Depuis le lundi 19 septembre 2016, les 51,6% des parts de l’Etat dans la Banque de l’habitat de Côte d’Ivoire (Bhci) ont été rachetés par la Banque de l’Habitat de Tunisie, qui en devient désormais l’actionnaire majoritaire.

Si à priori cette opération est la résultante du processus de privatisation des banques publiques lancé dernièrement par les autorités nationales, l’Offre publique d’achat (Opa), répandue dans les médias dans la journée du lundi 20 septembre 2016, aurait fuité à l’insu des instances dirigeantes actuelles de la banque.

Selon des sources concordantes, Abou Touré, l’ex-directeur adjoint de l’agence Umoa-Titres, devenu le patron de la Bhci depuis le début de l’année, aurait été informé, au même titre que le citoyen lambda, par voie de presse. Pris de colère, le Dg de la Bhci aurait saisi le comité de privatisation, organe chargé du processus de privatisation des banques publiques, pour en savoir davantage. Abou Touré se serait plaint de la divulgation d’une telle opération sans qu’il n’en soit informé, rajoute notre source.

Pour l’heure, la psychose s’est emparée des employés de la banque, qui craignent un dégraissage des effectifs avec l’arrivée du nouveau repreneur. Soulignons que les parts de l’Etat dans la Bhci sont estimées à 349 700 actions, rachetées à 1,9 million d'euros, soit 1 milliard 235 millions de F cfa.

Check KONE

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.