Électricité / Suspension du tarif modéré: Ce qu'il faut savoir


12/11/2012
Le coût de l'électricité est d'actualité
Pour les prochaines factures d'électricité, le tarif modéré ne figurera plus. Le gouvernement ivoirien en a décidé ainsi en classant tous ceux qui étaient concernés par cette tranche au tarif général. Résultat : les factures de l'électricité vont augmenter.

L'actualité depuis quelque temps au niveau du secteur de l'électricité est la suspension du tarif modéré domestique basse tension dans la facturation de la Compagnie ivoirienne d’électricité (Cie). Et, c'est à l'issue du Conseil des ministres du mercredi 7 novembre 2012 que le ministre Koné Nabagné (porte-parole du gouvernement) a lâché la bombe : le gouvernement ivoirien a décidé du basculement au tarif général des 223 000 abonnés et clients de la Cie qui étaient facturés au tarif modéré.

Désormais, au lieu de sept (7) tarifs, on en aura six (6) : le tarif général domestique basse tension, le tarif général professionnel basse tension, le tarif conventionnel domestique basse tension, le tarif éclairage public basse tension, les tarifs en moyenne tension et les tarifs en haute tension. L'explication donnée est que des foyers bénéficiaient à tort du prix modéré de l’électricité, alors qu’ils consommaient 80km/h tous les deux mois.

Plus de tarif social

Au-delà des explications du porte-parole du gouvernement sur la suspension du tarif modéré, il faut comprendre qu'un grand changement va s'opérer sur les factures des 223 000 abonnés qui ne bénéficieront plus de tarif modéré donc de social.

Ce tarif était, selon des sources proches de l’Autorité nationale de Régulation du secteur de l’Électricité de Côte d’Ivoire (Anaré), « adressé aux ménages à faible niveau de revenu ». « Il s’agit d’un tarif de structure binomiale dont la première tranche est de 80 kWh et la seconde, toutes les consommations au dessus de ce seuil. Ce tarif social comporte également une prime fixe », mentionne un document de l'Anaré.

Dans nos investigations, nous avons constaté que les ménages de cette tranche tarifaire sont en général les abonnés de la Cie ayant souscrit pour une puissance de cinq (5 ampères) et qui ne veulent de facture d'électricité élevée.

En 2008, la consommation des abonnés inscrits au tarif modéré ne représentait que 17% des consommations nationales. Contrairement au tarif modéré, pour la même année, la consommation des clients de la Cie inscrit au tarif général porte sur 18% de l’ensemble des abonnés et 15% de l’ensemble des consommations. En outre, ce tarif, a-t-on appris, est conçu pour répondre aux besoins énergétiques de la plupart des consommateurs résidentiels.

Il comporte également une prime fixe bimestrielle reliée à la puissance souscrite ainsi qu’une structure binomiale dont la première tranche est de 180 kWh par kVA souscrit et la seconde toutes les consommations au delà des 180 kWh par kVA souscrit. Avec la décision gouvernementale et si l'on s'en tient à l'évolution démographique en Côte d'Ivoire (environ 20 millions d'habitants), il est clair que plus de 32 % de consommateurs sont concernés par le tarif général.

En outre, il faut savoir que tous les 223 000 clients auront de nouveaux frais qui vont gonfler leurs factures. Ainsi, ils seront désormais assujettis au paiement de la Taxe sur la valeur ajoutée (18 %). Sans oublier que le prix du kWh est assez élevé en mode général (voir les Tableaux de l'Anaré).

Le gouvernement ivoirien ne cache pas sa volonté de faire du profit avec cette décision. Selon le communiqué du Conseil des ministres, le secteur de l'énergie connaît des «difficultés financières » qui ne permettent « pas de réaliser les investissements nécessaires au renouvellement et au développement des ouvrages du réseau électrique ».

La suspension du tarif modéré de la facturation qui sous-entend l'augmentation des factures d'au moins 223 000 abonnés Cie fait partie des mesures qui devraient permettent à l'’État de collecter des « ressources additionnelles de 180 milliards de francs Cfa, permettant ainsi d’atteindre l’équilibre financier du secteur à fin 2013 ».

Cette décision survient quelques mois après les conseils du Fonds monétaire international (Fmi) à l’État ivoirien de procéder à « des hausses de tarifs» alors que la Banque mondiale estimait qu'il appartient à la Côte d’Ivoire de « décider si oui ou non le prix de l’électricité doit grimper ». Coïncidence, une mission de ces bailleurs séjourne à Abidjan à partir de demain.

TARIF MODERE DOMESTIQUE

F CFA(HT)

TVA(18%)

F CFA(TTC)

Prime fixe par bimestre (61 jours)

559

0

559

Redevance électrification rurale par bimestre

100

Prix du kWh jusqu'à 80kWh / bimestre

36,05

0

36,05

Prix du kWh au-delà de 80kWh / bimestre

62,7

11,29

73,99

Redevance électrification rurale par kWh

1,00

Redevance RTI par Kwh

2,00

Taxe communale Abidjan par kWh

2,50

Taxe communale autres communes / kWh

1,00

TARIF GENERAL BASSE TENSION

F CFA(HT)

TVA(18%)

F CFA(TTC)

Prime fixe par kVA par bimestre (61 jours)

1 176

211,68

1 387,68

Redevance électrification rurale par bimestre

100

Prix du kWh 1ère Tranche (180 kWh / kVA)

63,17

17,37

74,54

Prix du kWh 2ème Tranche (au-delà de 180 kWh / kVA)

52,76

9,5

62,26

Redevance électrification rurale par kWh

1,00

Taxe communale Abidjan par kWh

2,50

Taxe communale dans les autres commune par kWh

1,00

Redevance RTI par bimestre

2 000

Hermance K-N

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2

Videodrome