Économie nationale, exécution du budget 2011

Modification du budget 2012: le ministre Diby Koffi s'est expliqué devant le Parlement, hier

. Les députés donnent leur Ok pour la modification du budget
13/11/2012
Le ministre de l’Économie et des Finances, Charles Diby Koffi. Photo : archives
Le lundi 12 novembre 2012, Charles Diby Koffi (ministre de l’Économie et des Finances) était à l'Assemblée nationale au Plateau. Il avait mandat du gouvernement pour se prononcer sur des projets de loi devant les députés.

Il s'agit du règlement du budget de l’État pour l'année 2011, de la modification du budget de l’État pour la gestion 2012 et de la modification de l'article 38 de l'annexe fiscale à l'ordonnance n°2011-480 du 28 décembre 2011. Relativement au règlement du budget de l’État pour l'année 2011, le ministre Diby Koffi a expliqué, preuves à l'appui, comment le budget 2011 a été exécuté.

Il a indiqué qu'en ce qui concerne les finances publiques, le niveau du budget initialement arreté à 3 050 441 684 848 francs Cfa pour la période du 26 avril à fin décembre 2011 a été porté à 3 088 544 849 850 suite à des aménagements rendus nécessaires pour la consolidations de la normalisation socio-politique et de la relance économique. Au finish : l’exécution du budget 2011 s'est soldée par un excédent de 107 791 062 456 francs Cfa, résultant d'un niveau de mobilisation des ressources de 3 141 110 361 214 francs Cfa et de dépenses exécutées à concurrence de 3 033 319 298 758 francs Cfa.

L'exposé sur la modification du budget 2012 a appris que le budget 2012 adopté en équilibre à 3160 milliards de francs Cfa a subi des modifications du fait de certains imprévus : au niveau des soutiens financiers, l'appui budgétaire de la Banque mondiale est revu à la baisse tandis que l'Union européenne consent sous de don-programme un appui de 112 millions d'Euros dont le décaissement de 55 millions d'Euros est programmé en 2012. A cela, il faut ajouter l'augmentation de recettes fiscales, l'augmentation des recettes au niveau du pétrole, etc.

Selon le ministre Diby Koffi, cela témoigne de la bonne reprise de l'économie nationale. Et donc, suite aux modifications effectuées le budget de l'Etat 2012 est passé de 3160 milliards de francs Cfa à 3 240 265 815 584 francs Cfa. Ayant apprécié l'exposé du ministre de l’Économie et des Finances, les députés membres de la Commission des Affaires économiques et financières ont adopté à l’unanimité, hier, à l’Assemblée nationale, le projet de loi portant modification du budget de l’État pour la gestion 2012. Une autorisation donc pour le gouvernement d’avoir l’autorisation d’intégrer 80,217 milliards de francs Cfa pour la réalisation des investissements.

Les groupes parlementaires Rdr, Pdci et Dialogue ont fait des observations sur la gestion budgétaire et ont salué l'effort de bonne gouvernance de l'Exécutif. A propos de la modification de l'annexe fiscale, le ministre de l’Économie et des Finances a expliqué qu'elle porte sur le budget de l’État 2012 et est liée à la fixation du taux de la taxe sur le profit additionnel à la charge des titulaires des permis d'exploitations minières.

L'argentier ivoirien a renseigné les parlementaires quant à « la valeur de l'or qui a considérablement évolué ». Selon lui, le cours de l'or qui était de l'ordre de 300 $ l'once en 2002 est aujourd'hui à 1700 $ l'once « sans aucune retombée pour l’État de Côte d'Ivoire » contrairement aux sociétés minières qui ont bénéficié de ce climat favorable. C'est pour remédier à cette lacune économique que l'article 38 a fixé le taux de la taxe sur le profit additionnel à 7 % du chiffre d'affaires.

Hermance K-N

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2