Fonds Covid-19 : Le patronat ivoirien répond aux interrogations des opérateurs économiques et annonce une assistance pour bénéficier de l'appui de l'État


30/05/2020
Fonds Covid-19 : Le patronat ivoirien répond aux interrogations des opérateurs économiques et annonce une assistance pour bénéficier de l'appui de l'État
Stéphane Aka Anghui, Directeur exécutif de la Cgeci et Mme Victorine Attiah, Conseiller technique du ministre du Commerce et de l'Industrie. (Ph: DR)

La Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (Cgeci) a organisé, jeudi 28 mai 2020, une séance de présentation des fonds d'appui aux entreprises et filières agricoles impactées par la maladie à coronavirus (Covid-19).

Conscient de l'impact de la maladie à coronavirus (Covid-19) sur les activités des entreprises implantées en Côte d'Ivoire, le Gouvernement ivoirien a décidé de leur apporter un appui pour les aider à traverser cette crise, à résister et à se relancer après la crise. D'où la mise en place de plusieurs fonds dont le Fonds de soutien aux grandes entreprises (Fsge Covid-19). La Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (Cgeci), a organisé jeudi 28 mai 2020, une session de présentation des fonds d'appui aux entreprises et filières agricoles impactées par la maladie à coronavirus (Covid-19). Les deux conférenciers pour la circonstance, Stéphane Aka Anghui, Directeur exécutif de la Cgeci et Mme Victorine Attiah, Conseiller technique du ministre du Commerce et de l'Industrie, en charge des questions de financements ont répondu aux préoccupations des opérateurs économiques pour pouvoir accéder aux différents fonds.

Mme Attiah a noté d'entrée que tous les secteurs impactés par la Covid-19 sont pris en compte dans le cadre de l'appui du Gouvernement. « Aucun secteur n'est exclu. Ils sont tous éligibles aux guichets des différents fonds », a-t-elle dit. Répondant à une question d'un opérateur économique, elle a affirmé que le secteur privé a été mis au titre des priorités du règlement de la dette par le Gouvernement. « Depuis le début de la crise, les règlements de la dette qui sont faits accorde une part prépondérante à l'apurement des arriérés dus par l'État de Côte d'Ivoire au secteur de l'Enseignement privé », a-t-elle précisé.

Justifiant, par ailleurs, la mise en place d'une phase transitoire des fonds qui a commencé mi-mai et qui devrait s'achever mi-juin, en ce qui concerne l'appui aux entreprises, elle a soutenu qu'il fallait répondre à l'urgence. « La Société financière internationale (Sfi) a commis un cabinet pour travailler sur le mode opératoire d'accompagnement des entreprises. En attendant que le cabinet finisse les études, la crise perdure, les entreprises en subissent les effets. On ne peut pas attendre que le cabinet finisse ses études pour faire quelque chose. Le président de la République a donné instruction pour que les fonds puissent commencer à apporter le soutien aux différentes entreprises. D'où la phase transitoire », a-t-elle mentionné. Mme Attiah a affirmé qu'une fois les rapports du cabinet commis disponibles, il s'agira de mettre en place un processus précis et définitif. « La phase définitive d'opérationnalisation des fonds ne remet pas en cause les acquis de la phase transitoire. Ça sera une continuité. Dans la phase de pleine opérationnalisation des fonds, il y aura plusieurs instruments », a-t-elle informé.

Toujours concernant la phase transitoire, le Conseiller technique du ministre du Commerce et de l'Industrie a informé qu'il y a une enveloppe de 10 milliards Fcfa qui a été allouée sur une enveloppe globale de 100 milliards Fcfa. « Sur ces 10 milliards Fcfa, chaque entreprise qui prétend au fonds peut être accompagnée à hauteur maximum de 500 millions Fcfa sur la phase transitoire. Une entreprise peut revenir plusieurs fois au guichet du fonds. Vous pouvez demander un montant sur la phase transitoire, revenir encore demander un autre montant. Le seul fait, c'est de pouvoir justifier le besoin », a-t-elle dit, puis d'insister sur le fait que l'accompagnement que les différents fonds apportent aux entreprises est un soutien et qu'en aucun cas, les fonds ne peuvent se substituer à une banque ou à un établissement financier pour prendre en charge tous leurs besoins.

Le Directeur exécutif de la Cgeci, Stéphane Aka Anghui a rassuré les opérateurs économiques sur le fait que les fonds Covid-19 n'étant pas illimités, « si on a 50 dossiers sur la table, en ce moment-là, peut-être qu'on analysera en priorité les secteurs les plus impactés. On ne rejette aucun dossier ».

Il a profité de cette tribune pour annoncer aux opérateurs économiques que la Cgeci va mettre en place des guichets destinés à l'information et à l'orientation des Petites et moyennes entreprises (Pme) en fonction de leurs chiffres d'affaires. « Nous allons aider les entreprises à rédiger leur lettre d'impact Covid-19. Des courriers seront adressés aux administrations pour demander des assouplissements dans l'obtention des attestations de régularité fiscale et les dossiers Cnps », a promis Stéphane Aka Anghui.

Irène BATH

Irene Bath

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome