Côte d’Ivoire/Production animale : Moussa Dosso lance la campagne obligatoire contre les maladies animales, plus de 18 millions de volailles concernées


19/06/2020
Côte d’Ivoire/Production animale : Moussa Dosso lance la campagne obligatoire contre les maladies animales, plus de 18 millions de volailles concernées
Le ministre Dosso Moussa (à gauche) invite le monde de la production animale à prendre fait et cause pour cette campagne de vaccination

Rendre le secteur de la production animale compétitif. Tel est l’ambition de Dosso Moussa, ministre des Ressources animales et Halieutiques, qui n’entend pas dormir sous ses lauriers. Après avoir fait adopté le projet de loi portant prorogation du prélèvement compensatoire sur les importations en Côte d’Ivoire de volailles mortes de basse-cour et leurs abats comestibles frais, réfrigérés ou congelés, lequel projet de loi devrait permettre de consolider le développement avicole, le ministre Dosso Moussa s’attèle à présent à mettre tout en œuvre pour que 70% du règne animal ivoirien puisse bénéficier d’un vaccin.

Si à l’heure actuelle, la Côte d’Ivoire est dépendante de l’extérieur en termes de protéines, elle pourra dans les années à venir jouir de son autonomie. Pour atteindre cet objectif, elle a décidé d’administrer des vaccins à la quasi-totalité des animaux qui résident sur son sol. Le lancement de ce projet a eu lieu le mercredi 17 juin 2020 au centre Antirabique vétérinaire d’Abidjan-Cocody, en présence de Samy Gaiji, représentant de l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (Fao).

Placée sous le thème : « Je participe au développement de mon pays en vaccinant les animaux. », cette campagne devrait à terme permettre de vacciner 1. 200.000 bovins, 795.000 petits ruminants et 18 millions de volailles. Une situation qui semble réjouir Dosso Moussa qui demeure persuadé que cette campagne de vaccination donnera un coup d’accélérateur à la production animale de la Côte d’Ivoire, qui jusque-là, peine à retrouver ses marques.

« Il est de la responsabilité du gouvernement d’appuyer les producteurs de volailles, d’ovins, bovins, de caprins et de porcins afin de garantir non seulement une bonne santé animale, mais aussi d’assurer à terme la couverture des besoins nationaux en protéines d’origine animale. Le taux de vaccination visé est de 70%. Mais nous souhaitons aller au-delà. Parce qu’il faut mettre à la disposition de la Côte d’Ivoire des viandes saines. Aujourd’hui, ce n’est plus un secret, les maladies qui touchent les animaux sont quasiment les mêmes avec celles qui touchent les hommes. C’est pourquoi, il faut prendre soin des animaux, même domestique. La vaccination s’adresse à tout le monde animal. Le vaccin s’impose aujourd’hui. Et nous comptons mener la campagne jusqu’au mois de décembre 2020.», a martelé le ministre Ressources animales et Halieutiques. Tout en appelant les acteurs du monde de la production animale à prendre fait et cause pour cette campagne qui dira-t-il, est la leur.

« Présentez aux agents vaccinateurs vos animaux, et surtout votre troupeau. Il y va de leur santé, de celle des populations humaines mais en plus, de l’amélioration de vos revenus.», a invité le ministre Dosso Moussa. Avant de remercier la Fao pour l’engagement dans la lutte contre les maladies anomales en Côte d’Ivoire.

Samy Gaiji, représentant de l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (Fao), a quant à lui, fait savoir que son institution se tiendra toujours au côté de la Côte d’Ivoire pour l’accompagner dans le développement de la production animale. « C’est partenariat qui date depuis des années. Elle vise la productivité. La Fao se tient toujours au côté de la Côte d’Ivoire pour l’accompagner dans cette priorité de production animale.», a rassuré Samy Gaiji.

 

Maxime KOUADIO

Maxime KOUADIO

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2