Impact Covid-19 : 800 entreprises et 3 500 particuliers bénéficiaires de reports d’échéances de crédits ; le Gouverneur de la Bceao parle


30/06/2020
Impact Covid-19 : 800 entreprises et 3 500 particuliers bénéficiaires de reports d’échéances de crédits ; le Gouverneur de la Bceao parle
Plus de 900 entreprises dans l’Umoa ont bénéficié d’un accès plus facile aux crédits bancaires. (Ph: DR)

Dès le début de la pandémie de la maladie à coronavirus (Covid-19), la Banque centrale des États de l'Afrique de l'ouest (Bceao) a mis en place un dispositif d'accompagnement des États de l'Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). Dans une interview publiée sur le site Financial afrik, le Gouverneur de la Bceao, Tiémoko Meyliet Koné dévoile l'ensemble de ces actions.

Face à une aggravation des besoins de liquidité et afin de réduire les tensions et permettre aux banques de jouer pleinement leur rôle d’intermédiation financière, la Bceao a entrepris d’apporter les liquidités nécessaires au secteur bancaire. Ainsi, depuis fin mars 2020, informe Tiémoko Meyliet Koné, la Banque Centrale conduit les adjudications de liquidité sur ses guichets de refinancement à taux fixe. « Dans cette configuration, toutes les demandes présentées à ses guichets sont généralement satisfaites. Cette mesure a permis de réduire considérablement les risques de pénurie de liquidité sur le marché monétaire, mais aussi d’aller vers une contraction sévère de la distribution du crédit bancaire », souligne le Gouverneur. La Bceao a également pris certaines mesures en faveur des entreprises, dont plusieurs opérant dans les secteurs tertiaire et secondaire présentaient des risques élevés de faillite. Tiémoko Meyliet Koné a indiqué que l'objectif est surtout de contribuer à préserver l’outil de production et de permettre aux entreprises touchées par la pandémie de rester viables et de maintenir les emplois et les revenus. « Dans ce cadre, nous avons demandé aux banques et aux institutions de microfinance d’accorder des reports d’échéance de crédits à leur clientèle, entreprises comme particuliers, qui rencontrerait des difficultés pour honorer le paiement de leurs échéances. Je dois préciser que ces reports d’échéances, négociés pour une période de 3 mois renouvelable, se font sans charge d’intérêt, ni frais, ni pénalités de retard. En contrepartie, la Banque Centrale a posé des actes d’incitations en direction des banques et institutions de microfinance, sous la forme d’un assouplissement dans l’application du dispositif prudentiel et du cadre comptable en vigueur », mentionne le Gouverneur de la Bceao.
Déjà vers la fin mai 2020, informe Tiémoko Meyliet Koné, près de 800 entreprises et 3 500 particuliers ont été concernés par les reports d’échéances de crédits. Parmi les autres actions décidées en faveur des entreprises, il a rappelé que la Bceao a institué un système de cotation des entreprises non financières. « Les créances bancaires portées sur celles qui ont une bonne signature sont refinançables par la Banque Centrale. Ce dispositif a permis d’identifier plus de 900 entreprises dans l’Umoa, qui ont ainsi bénéficié d’un accès plus facile aux crédits bancaires. Concernant les États membres, la Bceao a pris des dispositions pour les appuyer dans la mobilisation de ressources financières à faible coût, pour résoudre les difficultés de trésorerie liées à la crise sanitaire. Pour faire simple, il s’agissait de rendre des ressources disponibles immédiatement pour faire face aux dépenses urgentes, sachant l’attente souvent longue, face aux délais habituels de réception des concours attendus des partenaires extérieurs », révèle Tiémoko Meyliet Koné.
Puis de souligner qu'en collaboration avec l’Agence Umoa-Titres, la Bceao a accompagné les États dans l’émission de bons du Trésor, dénommés “Bons Covdi-19”. Et pour inciter les banques à souscrire à ces titres à des conditions vraiment favorables, la Banque Centrale a créé un guichet spécial de refinancement. Ce nouveau guichet a permis aux banques de refinancer les bons Covid-19 achetés sur le marché régional de la dette, à un taux fixe de 2,50%. La liquidité ainsi obtenue par les banques devrait leur permettre de poursuivre leur activité de crédit et de faire profiter aux autres secteurs de l’économie les ressources tirées de l’émission de ces bons Covid-19. Au terme de l’opération, les États ont pu ainsi mobiliser 1 172,6 milliards de Fcfa au taux moyen de 3,12%, largement inférieur au niveau du taux de sortie des émissions de bons sur cette maturité.
Parmi les autres décisions prises par la Bceao, l'on note qu'en concertation avec la communauté bancaire et les établissements de monnaie électronique, il a été impulsé une série d’actions pour réduire les coûts d’utilisation des moyens de paiement digitaux. L’objectif visé est d’encourager les usagers à les utiliser davantage durant cette période, qui impose aux populations de limiter les déplacements et les contacts physiques. Ces aménagements se sont traduits par une utilisation accrue des moyens de paiement digitaux dans l’Uemoa et ont eu un effet très positif sur l’inclusion financière des populations, notamment en termes d’accès aux services financiers numériques.
Le 22 juin 2020, le Comité de politique monétaire (CPM) de la BCEAO a décidé de baisser les taux directeurs de la Banque Centrale de 50 points de base, afin de soutenir les plans de relance économique mis en place dans tous les pays de l’Union pour lutter contre les effets de la crise sanitaire. Désormais, les banques pourront disposer de ressources financières auprès de la Banque Centrale au taux d’intérêt de 2,00%, l’un des plus faibles en Afrique. Et les banques sont, bien évidemment, invitées à répercuter cette baisse du coût de leurs ressources sur les taux d’intérêt des crédits accordés à la clientèle, en particulier les PME/PMI très affectées par la crise sanitaire.
I.B.

Irene Bath

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

 

Videodrome