Tabaski 2020/ Hassane Dramera (président d’importateurs de bétail) rassure : « Il y a du mouton à gogo pour toutes les bourses »


30/07/2020
Tabaski 2020/ Hassane Dramera (président d’importateurs de bétail) rassure : « Il y a du mouton à gogo pour toutes les bourses »
Hassane Dramera s'est félicité des facilités accordées par l'État.

Hassane Dramera, un acteur clé de la filière bétail en Côte d’Ivoire a donné des assurances sur un bon approvisionnement du marché à bétail, à l’occasion de la fête de la Tabaki. C’était au cours d’une rencontre avec Linfodrome, ce jeudi 30 juillet 2020, au Plateau.

Il n’y a pas d’inquiétude à se faire, le marché à bétail est suffisamment fourni en moutons. Les membres de la communauté musulmane pourront s'acquitter de leurs obligations liées à la Tabaski. « Tous les Ivoiriens vont avoir leur mouton. On a commencé à travailler il y a longtemps. Nos amis du Tchad nous avaient fait la promesse de faire venir les moutons à Tabaski. Malheureusement avec la covid-19, cela a été difficile. Avec la situation qui prévaut également au Mali, c’était compliqué. C’est le Burkina Faso qui nous a fourni beaucoup de moutons. On a dépassé la capacité de toutes les années. Vous verrez qu’après la Tabaski, il va avoir encore des moutons.  », a-t-il fait savoir. Avant de faire cette observation : « Notre souci premier c’est que le marché soit bien approvisionné, pas seulement pour la Tabaski. Qu’en Côte d’Ivoire, la viande ne manque pas ».

Sur la question des coûts, Hassane Dramera a soutenu que les prix des moutons sont à la portée de toutes les bourses. «Les prix sont abordables. Vous savez, quand l’offre est élevée les prix chutent. Nous faisons que sensibiliser les marchands de bétail à vendre au maximum. Vous pouvez trouver des moutons de  », a-t-il laissé entendre.

Il s’est par ailleurs, félicité des dispositions prises par l’État pour faciliter l’acheminement du bétail sur le marché ivoirien. « Avant on avait des tracasseries routières, aujourd’hui, nous sommes satisfaits, c’est parfait (…) L’État nous aide, nous aussi on doit aider l’État. Que ce soit la mairie, le District ou le ministère de tutelle, nous considérons que c’est l’État », a souligné M.Dramera.

 

Jonas BAIKEH

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2