Côte d'Ivoire : Des opérateurs maliens annoncent un investissement immédiat de 10 milliards Fcfa dans le secteur de l'immobilier

Publié le
cote-d-ivoire-des-operateurs-maliens-annoncent-un-investissement-immediat-de-10-milliards-fcfa-dans-le-secteur-de-l-immobilier Mamadou Mama Dramé, Président directeur général (Pdg) de Elohim international. (Ph: DR)
Economie

Des opérateurs maliens veulent combler le déficit de logements en Côte d'Ivoire. Pour atteindre cet objectif, ils annoncent un investissement immédiat de 10 milliards Fcfa dans le secteur de l'immobilier.

Le secteur du Bâtiment et des travaux publics (Btp) de la Côte d'Ivoire attire de plus en plus d'opérateurs économiques. La liste vient de s’allonger avec la présence désormais d'opérateurs maliens qui annoncent un investissement immédiat de 10 milliards Fcfa dans le secteur de l'immobilier. L'information a été donnée, mercredi 9 décembre 2020, par Mamadou Mama Dramé, Président directeur général (Pdg) de Elohim international. C'était au cours d'une conférence de presse organisée à Abidjan-Plateau. Justifiant le choix de la Côte d'Ivoire pour la réalisation d'un tel investissement, il a indiqué qu'il s'agit d'un pays émergent où on peut retrouver plusieurs personnes de la sous-région. Mamadou Mama Dramé a affirmé que la Côte d'Ivoire est également une plateforme d'investissements et d'opportunité. « Nous avons choisi la Côte d'Ivoire pour sa stabilité économique, l'émergence et la qualité de l'environnement économique », a précisé le conférencier. Puis d'insister qu'avant de pénétrer le secteur de l'immobilier ivoirien, une étude de marché a été préalablement faite. Mamadou Mama Dramé a promis un transfert de technologie à la Côte d'Ivoire.
Elohim international, faut-il le noter, intervient également dans le secteur des services, à travers la livraisons de matériels médicaux et militaires. Aussi bien pour ce qui est du secteur de l'immobilier que des services, les responsables de cette entreprise ont promis des signer des contrats de Partenariats publics privés (PPP) et de recruter un grand nombre d'Ivoiriens.

Irène BATH