"Inad-Ci performance class" : Plus d'une trentaine d'administrateurs instruits sur l'élaboration d'outils d'auto-évaluation

Economie
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
inad-ci-performance-class-plus-d-une-trentaine-d-administrateurs-instruits-sur-l-elaboration-d-outils-d-auto-evaluation Les administrateurs et présidents de conseils d'administration ont été outillés sur le mécanisme d'auto-évaluation.

L'Institut national des administrateurs de Côte d'Ivoire (Inad-Ci) a instruit 32 administrateurs et 6 présidents de conseils d'administration sur l'élaboration d'outils d'auto-évaluation. C'était à l'occasion d'une session d'une capsule de formation dénommée "Inad-Ci performance class", ce mercredi 23 décembre 2020 au 2e étage de l'hôtel Azalaï à Abidjan-Marcory. La formation a été animée par Caroline Weber, expert consultant en gouvernance. Il s'agit de la 2e session de formation de haut niveau après la 1ère qui a eu lieu du 21 au 22 décembre 2020 au même endroit avec 22 auditeurs du « CAS UEMOA 2 ».

Présent à la formation, Ted Azouma, Directeur exécutif de l'Inad-Ci, a livré des détails sur cette formation pratique. "Inad-Ci performance class c'est l'occasion que nous donnons à nos membres d'aller sur un thème spécifique avec des détails en profondeur sur ce thème là. Ça peut prendre souvent des formes d'atelier, de travaux très pratiques. Ça peut prendre aussi souvent des formes plus courtes de sensibilisation. La spécificité de ce programme du jour (mercredi 23 décembre 2020, ndlr), Inad-Ci performance class, c'est de travailler sur l'évaluation du conseil. Le conseil d'administration est l'organe de gouvernance d'une entreprise", a-t-il déclaré.

Au cours d'une session de formation dispensée par Caroline Weber, expert consultant en gouvernance, et tenue ce mercredi 23 décembre 2020 à dans la commune de Macory, l'Inad-Ci a donné des rudiments à 6 présidents de conseils d'administration et 32 administrateurs en atelier pour leur permettre de mettre sur pied des outils d'auto-évaluation de leurs propres conseils d'administration. Les participants ont vu de façon pratique comment élaborer un outil d'auto-évaluation.

 

Ted Azouma a indiqué qu'un conseil d'administration a des attributions et des missions. "Dans le cadre de ses missions et attributions, il est bon à un certain moment que le conseil d'administration s'arrête pour voir est-ce que le chemin qui est emprunté est le bon chemin, est-ce que le conseil d'administration tient bien la mission qui lui est confiée. Et pour ce faire, il y a des outils qui existent. Des outils qui permettent au conseil d'administration de s'auto-évaluer. Ce qui est bon dans l'auto-évaluation, c'est qu'elle vous apprête à affronter l'évaluation externe", a-t-il signifié.

 

Le Directeur exécutif de l'Inad-Ci a fait savoir que quand un conseil d'administration s'auto-évalue, et qu'une autre entité doit l'évaluer de l'extérieur, il a déjà parcouru "80%" du chemin. Il a aussi évoqué l'impact de la formation. "Quand ils (les participants, ndlr) vont finir cet atelier, ils auront un questionnaire d'auto-évaluation qu'ils pourront utiliser dans leurs conseils d'administration pour voir est-ce que le travail qu'ils font est efficace et soutenable. L'impact de cette formation pour les entreprises est de leur permettre de marquer un temps d'arrêt pour s'évaluer elle-même. L'impact c'est de leur inculquer la culture de l'auto-évaluation. L'évaluation est une étape de l'exécution d'un projet", a précisé Ted Azouma.

 

Le Directeur exécutif a insisté sur un point clé. "Il est globalement admis que tout administrateur doit consacrer au moins dans l'année 10 heures à sa formation pour être au niveau parce que le travail d'administrateur est exigeant, mais en même temps nous sommes dans un monde en pleine mutation", a-t-il fait comprendre.

 

Faut-il le noter, Bamba Seydou, Directeur général du Portefeuille de l'État, a quant à lui, présenté en début d'après midi comment l'État, actionnaire dans les entreprises publiques, évalue les conseils d'administration ou les amène à effectuer leur auto-évaluation.
Eddy BIBI