Affaire « 5 millions de F Cfa pour autorisation d’exercer »

Bilé Diéméléou(Dg Artci): « Voici le sort des livreurs urbains »

Economie
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
affaire-5-millions-de-f-cfa-pour-autorisation-d-exercer-voici-le-sort-des-livreurs-urbains Bilé Diéméléou invite les livreurs urbains à une rencontre jeudi.

Les activités de livraison urbaine sont sous le feu des rampes suite au communiqué produit par l’Autorité de régulation des télécommunications/Tic de Côte d'Ivoire (Artci). Dans le souci d’éclairer l’opinion nationale, Bilé Diéméléou, Directeur général de l’Artci a fait des précisions ce mercredi 13 janvier 2021, à Marcory-Anoumambo, au cours d’une rencontre avec les associations des consommateurs.

« Depuis quelques jours, certaines informations circulent sur les réseaux sociaux, imputant à l’Artci l’intention d’écarter ‘’les livreurs urbains’’ à travers des barrières financières. Il n’en est rien », a indiqué Bilé Diéméléou. Avant d’ajouter que l’Artci invite à nouveau ces acteurs de la livraison urbaine à prendre contact avec la Direction des activités postales de l’Artci. Puis, il a rassuré l’ensemble des opérateurs du secteur postal de sa disponibilité à les accompagner dans le développement de leurs activités. Il s’agit selon lui d’aider ces ‘’livreurs urbains’’ à s’organiser, à se faire identifier et à les encadrer afin que ceux-ci profitent pleinement de leur business. « L’Artci n’a mandaté personne pour confisquer les motos des livreurs urbains. Le concept même de livreurs urbains est nouveau, on découvre. Il faut adresser cette frange de notre activité. C’est vrai ce sont des petits métier mais, il y a des gens qui gagnent leur vie avec ça. Il faut les encourager, les soutenir parce que derrière ce livreur, il y a toute une famille. Nous avons une rencontre demain jeudi 14 janvier avec eux pour échanger et trouver une solution à tout. Il y a les textes mais on dit quand on t’envoie, il faut savoir t’envoyer », a fait observer M. Bilé.

Le Directeur général de l’Artci a précisé qu’il revient à cette structure de veiller à la mise en œuvre des dispositions du décret N°2018-382 du 04 avril 2018, fixant le montant et les modalités de paiement et de recouvrement de la contrepartie financière à la délivrance de l’autorisation de fourniture des services postaux. Rappelons que le 15 décembre 2020, les acteurs postaux avaient échangé avec l’Artci et avaient souligné que la contrepartie financière de 5 millions de francs Cfa fixée par le décret de 2018 était élevée.

Jonas BAIKEH