Côte d'Ivoire:

Valorisation des résultats de recherche : Voilà ce que le Patronat ivoirien propose au Gouvernement ; Plusieurs chercheurs primés par la Cgeci

Economie
Publié le Source : Linfodrome
valorisation-des-resultats-de-recherche-voila-ce-que-le-patronat-ivoirien-propose-au-gouvernement-plusieurs-chercheurs-primes-par-la-cgeci 31 millions Fcfa ont été repartis entre les lauréats de la 5ème édition du « Prix du Patronat pour la Recherche et l’Innovation ». (Ph: DR)

La cérémonie de récompense des lauréats du « Prix du Patronat pour la Recherche et l’Innovation » a eu lieu ce jeudi 21 janvier 2021 à la Maison de l'Entreprise, à Abidjan-Plateau. À cette occasion, le secteur privé a fait des propositions au Gouvernement devant contribuer au développement et à la pérennité des entreprises ivoiriennes.

Épousant la vision du président Alassane Ouattara qui place la science, la technologie et l’innovation au cœur du processus de construction d’une nation émergente, la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (Cgeci) a institué depuis 2013 un prix dénommé, « Prix du Patronat pour la Recherche et l’Innovation ». La 5ème édition de ce prix a eu lieu jeudi 21 janvier 2021, à la Maison de l'Entreprise à Abidjan-Plateau. Une occasion saisie par le Vice-président de la Cgeci, Philippe Eponon pour annoncer les nouvelles orientations de ce prix en vue de sa redynamisation. Philippe Eponon a affirmé, à cet effet, qu'il serait souhaitable que tout projet de recherche ou d’innovation associe à l’origine l’entreprise. « En d’autres termes, il s’agira de faire en sorte, dans la mesure du possible, que les sujets de recherche émanent des entreprises ; toute chose qui garantirait l’engagement plein et entier de ces dernières dans la valorisation des résultats de recherche en ce que ceux-ci auront un impact direct sur le développement ou l’expansion des activités des entreprises », a mentionné le Vice-président de la Cgeci, faisant remarquer que c'est ainsi que l'attribution du prix apparaîtra comme la reconnaissance de l’impact réel du projet sur le processus de production de l’entreprise. « Il ne s’agit là que d’une simple suggestion qu’il reviendra à la Commission paritaire ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique / Secteur privé d'apprécier », a-t-il précisé.
Le président de la Commission paritaire, Théodore Hoegah a noté, en ce qui le concerne, que le problème auquel sont confrontés les chercheurs, les innovateurs et inventeurs ivoiriens, demeure celui du financement. Il a invité les chercheurs à aller vers les entreprises pour négocier des contrats de recherche. Théodore Hoegah a également conseillé aux entreprises de s'inscrire dans l'innovation en sollicitant les chercheurs. Séance tenante, il a demandé aux lauréats du « Prix du Patronat pour la Recherche et l’Innovation » de prendre contact avec les entreprises pour faciliter cette valorisation et ce financement de la recherche.
Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Adama Diawara, qui a pris à la cérémonie, a fait le douloureux constat que malgré les efforts consentis par l’État, les financements publics alloués à la recherche restent encore très faibles. Cela, au regard des recommandations internationales qui voudraient que chaque État consacre au moins 1% de son Pib (Produit intérieur brut) à la recherche. De l'avis de ce dernier, la part du budget consacrée à la recherche en Côte d'Ivoire ne représente que 0,35%. Et cela, loin derrière des pays comme Israël (4,3% du Pib), la Corée du Sud (4,2%), etc. « Je fais un plaidoyer en direction du patronat et du secteur prive en général, pour qu'ils nous accompagnent dans le financement de la recherche. Car dans ces pays que j'ai cités plus haut, 3/4 du financement de la recherche provient du secteur privé », a souligné le ministre.
La 5ème édition du « Prix du Patronat pour la Recherche et l’Innovation », faut-il le noter, a enregistré 13 candidatures dont 3 dans le domaine de l’environnement, 4 dans l'agriculture, et 6 dans les Tic (Technonologies de l'information et de la communication) de l'éducation. La biotechnologie qui fait partie des domaines couverts par le concours, n'a pas enregistré de candidature cette année, a-t-on appris.
Notons que ce sont 31 millions Fcfa qui ont été repartis entre les lauréats à raison de 10 millions Fcfa pour le 1er Prix, 5 millions Fcfa pour les 2ème Prix (3 au total) et 2 millions Fcfa pour les 3ème Prix (3 prix d'encouragement), soit 7 prix au total.

Irène BATH