Côte d'Ivoire:

Création d'emplois jeunes : Le ministre Mamadou Touré fait une importante annonce pour les start-ups

Economie
Publié le Source : Linfodrome
creation-d-emplois-jeunes-le-ministre-mamadou-toure-fait-une-importante-annonce-pour-les-start-ups Le ministre Mamadou Touré remettant un trophée de félicitation au président de Ci20, Steven Bedi. (Ph: DR)

Le ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l'Emploi des Jeunes, Mamadou Touré a annoncé un fonds spécial de 500 millions Fcfa pour les start-ups.

Les start-ups ivoiriennes ne sont pas des laissés pour compte. Un fonds spécial de 500 millions Fcfa est disponible pour accompagner ces jeunes entrepreneurs. L'information a été donnée, ce mardi 23 février 2021 par le ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l'Emploi des Jeunes, Mamadou Touré. C'était à l'occasion du lancement officiel des activités de l'initiative « Côte d’Ivoire Innovation 20 » (#Ci20), au cours d'une cérémonie à la Maison de l'entreprise à Abidjan-Plateau. Justifiant cette dotation, il a indiqué que le Gouvernement s'est engagé à promouvoir le secteur privé comme moteur de la croissance en vue de poursuivre la création d'emplois jeunes en Côte d'Ivoire. « L'un des plus grands défis de notre pays reste la création de nouveaux emplois pour les jeunes… L'ambition est de mettre l'entrepreneuriat jeunes au cœur de nos priorités », a mentionné le ministre Mamadou Touré qui rassure que des mécanismes de soutien et d'encadrement des jeunes entrepreneurs sont mis en œuvre. Le ministre a salué le lancement de Ci20 qui, a-t-il dit, « augure des perspectives meilleures pour les start-ups ».

Le 1er Conseiller de l'Ambassade de France, Marc Didio, représentant l'Ambassadeur de France en Côte d'Ivoire a également salué la démarche des start-ups regroupés au sein de Ci20. « La France est à vos côtés pour vous aider à réussir », a-t-il rassuré. Il a annoncé à cette tribune que 2021 sera pour la France une année africaine avec l'organisation de deux grands événements.

Papa Sarr, ministre délégué en charge de l'Entrepreneuriat des jeunes et des femmes au Sénégal, Directeur général de DER, qui a fait le déplacement d'Abidjan a partagé l'expérience de son pays en matière de création d'emplois pour la jeunesse. Il a dit la disponibilité de son pays à collaborer avec les autorités ivoiriennes dans divers domaines, singulièrement en ce qui concerne l'entrepreneuriat jeunes.

Plusieurs autres partenaires de Ci20 ont également promis d'accompagner cette initiative.

« Côte d’Ivoire Innovation 20 » (#Ci20) vise, selon son président Steven Bedi, à positionner la Côte d'Ivoire comme le prochain hub de captation des ressources financières destinées aux technologies et digitales. Au nombre des missions de cette initiative, il a souligné qu'il s'agit de fédérer tout l'écosystème Tech en une communauté forte ; promouvoir les solutions des start-ups locales auprès des institutions pour booster les tractions, donc les opportunités de création d'emplois de celles-ci ; apporter à tous les appels à projets et programmes de renforcement de capacités ; mettre en place des partenariats pour la mise en avant des champions nationaux par les médias ; se positionner comme interlocuteur de référence pour les autorités et les bailleurs et œuvrer pour la mise en place du fonds d'amorçage dédié aux entreprises Tech et pour un financement direct des start-ups ivoiriennes en phase de passage à l'échelle.

Steven Bedi a informé que le Ci20 est un programme d'une cohorte de 20 entreprises estimé à 4 millions d'Euros, soit 2,600 milliards Fcfa décliné en trois axes à savoir : le renforcement de capacité, le plébiscite institutionnel et l'accès aux financements. « La vision est de créer 100 jeunes champions nationaux dans les cinq prochaines années et d'augmenter la contribution des entreprises Tech au Produit intérieur brut (Pib) de la Côte d'Ivoire de plus de 10 % à l'horizon 2030 », a souligné le président Steven Bedi.

Lire aussi cet article: Promotion de jeunes entrepreneurs : L'initiative « Côte d’Ivoire Innovation 20 » (#Ci...

En 2019, faut-il le noter, les start-ups africaines ont attiré 2 milliards USD, soit 1 000 milliards Fcfa d’investissement dont les 3/4 repartis entre trois pays que sont l’Afrique du Sud, le Kenya et le Nigeria.

Irène BATH