Hévéa

1er Sommet mondial virtuel sur le caoutchouc : Comment la Côte d’Ivoire a réussi l’organisation

Economie
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
1er-sommet-mondial-virtuel-sur-le-caoutchouc-comment-la-cote-d-ivoire-a-reussi-l-organisation La Côte d'Ivoire a réussi le pari de la mobilisation.

Les projecteurs dans le monde du caoutchouc sont braqués sur la Côte d’Ivoire. La raison ? Le 4ème producteur du caoutchouc naturel au monde abrite depuis la 8 juin jusqu’au 11 juin 2021 au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan, le 1er sommet mondial virtuel sur le caoutchouc. A la veille de la clôture de cet événement, la Côte d’Ivoire peut se réjouir de son organisation.

Pour ce 1er sommet mondial virtuel sur le caoutchouc, le gouvernement ivoirien et l’Association des professionnels du caoutchouc naturel de Côte d’Ivoire (Apromac) a déroulé tout son arsenal en matière d’organisation. La preuve, la cérémonie d’ouverture a été présidée par le Premier ministre ivoirien SEM Patrick Achi dont le discours a été suivi via internet aussi bien à Abidjan qu’à Singapour en passant par la Thaïlande, la Chine, le Viêtnam, l’Inde, le Brésil, la Nouvelle-Papouasie … les pays industriels occidentaux dans les pneumatiques et autres entreprises dont les produits base demeurent le caoutchouc. Le Premier ministre Patrick Achi, malgré son état de santé qui lui a imposé un repos maladie, n’a ménagé aucun effort pour marquer de sa présence cet événement qu’abrite son pays. Le premier du genre sous le format digital. Il a profité pour présenter l’Agriculture ivoirienne, le leadership du chef de l’Etat Alassane Ouattara. Patrick Achi a lancé a annoncé le nouvel ordre agricole ivoirien, celui de ne plus rester grands producteurs des produits de bases sans que les premiers acteurs ne bénéficient des fruits de la croissance. La Côte d’Ivoire veut désormais transformer ses filières agricoles afin de développer l’industrie locale de la transformation et permettre la culture d’hévéa pour gagner le combat économique et humain. Cela permettra à la Côte d’Ivoire « d’absorber plus facilement la croissance attendue tout en ayant un impact positif sur le prix payé à nos producteurs pour une maitrise plus grand du circuit de distribution », a souhaité le Premier Ministre Ivoirien. En plus du PM, le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et du Développement durable Kobenan Kouassi Adjoumani ; le ministre du Commerce et de l’Industrie Souleymane Diarrassouba ont pris part à la cérémonie marquant le début de la 11ème édition du Sommet Mondial sur le caoutchouc.

Les intervenants de la Côte d’Ivoire impressionnent

Après la cérémonie d’ouverture de ce mardi 8 juin, les autres journées sont consacrées conférences et aux panels portant sur sujets d'intérêts en rapport avec la filière avec comme thème principal : « Affronter l'avenir : inclusivité, durabilité et croissance pour la nouvelle normalité. » Koffi Konan Albert (Secrétaire exécutif par intérim, de l’Association des professionnels du caoutchouc naturel de Côte d’Ivoire-Apromac) fait partie des panelistes de la journée du mercredi 9 juin 2021. Il a exposé sur le thème de « L’hévéaculture ivoirienne : acquis et mutation vers une approche verte ». Dans son intervention, il a mis en lumière les performances de la Côte d’Ivoire, qui lui ont permis d’être aujourd’hui le 1er producteur africain avec 78% de la production africaine et le 4e producteur au monde avec 5% de la production mondiale avec 950.000 tonnes de caoutchouc sec. Il a d’abord souligné les acquis de l’hévéaculture ivoirienne. En indiquant l’état de celle de la Côte d’Ivoire en 2020, jusqu'aux performances de l’hévéaculture ivoirienne, en passant par la politique de la transformation du caoutchouc naturel en Côte d’Ivoire et la mise en place d’une centrale de risques. Dans son exposé, il a également souligné que c’est la somme de toutes ces choses qui permettent aujourd’hui d’opérer une mutation vers une hévéaculture verte à travers la « préservation des écosystèmes forestiers » et la mise en place d’un système de la « sécurité alimentaire » relativement à l’hévéaculture. Principalement sur ce sujet, l’exposant ivoirien a relevé que la mutation de fait par faire la culture de l’hévéa en phase immature sur le même espace avec les cultures vivrières. Cela se fait également en juxtaposant les cultures vivrières à l’hévéa en phase mature. Également l’élevage associé à l’hévéaculture. Pour lui, la Côte d’Ivoire a atteint ses performances, parce que l’Apromac a mis en place des piliers qui soutiennent la filière et qui « garantissent la performance de l’hévéaculture Ivoirienne ».

Il s’agit notamment les clones performants et adaptés aux zones marginales mis à disposition par le Cnra, de la formation des jeunes à la production de plants de qualité par l’Apromac, de la subvention des plants de qualité au profit des planteurs par l’Apromac, du système d’encadrement performant à travers le Firca, du systèmes de production performants et méthodes efficaces de lutte contre les parasites mises aux points et transférés par le Cnra et la formation des jeunes à la saignée par le Firca et l’Apromac» tout ceci grâce également à des prélèvements reversés au fonds de développement hévéa dont les prestations ont très positivement positionné la filière ivoirienne de l'hévéa. En guise de conclusion, le Secrétaire Exécutif par intérim de l’Apromac a noté qu’au vu de tout cela, « l’hévéaculture Ivoirienne a des acquis indéniables ». Surtout que « l’approche verte s’intègre dans les pratiques en Côte d’Ivoire pour une production plus durable, en réponse à la problématique mondiale des préoccupations environnementales ». Concernant les défis à relever, il a déclaré que « l’Apromac est déjà en ordre de bataille pour gagner avec l’Etat de Côte d’Ivoire la bataille de la transformation totale de la matière première au plan local par la deuxième et même la troisième génération.»

Une connexion internet à haut débit

Comme avez dû le constater, le Sommet Mondial du Caoutchouc a expérimenté sa première phase virtuelle, en raison de la pandémie à Coronavirus qui continue d’éprouver notre humanité. Les acteurs ne pouvant pas participer au Sommet en présentiel ont opté pour le format digital. Pour ce Sommet Mondial Virtuel donc, l’Association des professionnels du caoutchouc naturel de Côte d’Ivoire (Apromac) n’a pas lésiné sur les moyens. Elle a prévu les cérémonies d’ouverture et de clôture au Sofitel Hôtel Ivoire de Cocody. L’Apromac et ses partenaires ont leur quartier général dans cet hôtel 5 étoiles de Cocody. Un quartier chic du pays. Deux salles ont été louées pour l’occasion afin aux intervenants ivoiriens de participer sereinement et aussi de permettre aux autres membres de l’équipe et à tous ses partenaires agricoles de suivre via internet tous les échanges avec les intervenants repartis à travers le monde.

Comment Abidjan a réussi à connecter tous les intervenants aux heures de la Côte d’Ivoire

Une autre réussite dans ce Sommet, c’est l’heure à laquelle ont lieu les échanges à travers le monde. Tous les intervenants des différents pays depuis Singapour, Inde, les Etats-Unis… Tous interviennent aux heures GMT, heures d’Abidjan. Chose qui est possible grâce à au président du Groupe d’Etude Internationale sur le caoutchouc ou IRSG (ou Rubber Study Group en anglais) en la personne de l’Ivoirien Aly Touré, représentant de la Côte d’Ivoire auprès des institutions internationales des produits de base. C’est d’ailleurs lui, qui a réussi à convaincre les 36 États membres de confier l’organisation de cet événement à son pays.