Modernisation de la plateforme portuaire d'Abidjan : Voici l'état d'avancement des travaux

Publié le
modernisation-de-la-plateforme-portuaire-d-abidjan-voici-l-etat-d-avancement-des-travaux Le ministre des Transports, Amadou Koné, entouré de Serey Doh, à droite et Yacouba Hien Sié, à gauche. (Ph: DR)
Economie

Le ministre des Transports Amadou Koné a effectué, mardi 6 juillet 2021, une visite guidée des chantiers de la plateforme portuaire d'Abidjan. Il était accompagné, pour la circonstance, du secrétaire d’État aux Affaires maritimes, Serey Doh Célestin.

Faire d'Abidjan le premier port de la côte ouest africaine. C'est l'objectif poursuivi par les autorités ivoiriennes qui s’attellent à la réalisation d'infrastructures de qualité sur la plateforme portuaire d'Abidjan. Pour s'assurer de l'état d'avancement des travaux dans cette zone, le ministre des Transports Amadou Koné, accompagné du secrétaire d’État aux Affaires maritimes Serey Doh Célestin, y a effectué une visite mardi 6 juillet 2021.

La visite guidée pour la circonstance par le Directeur général (Dg) du Port autonome d'Abidjan (PAA), Yacouba Hien Sié, a été l'occasion de constater le niveau d'exécution du deuxième Terminal à conteneurs (TC2). Concernant cette infrastructure, le Dg a informé que les travaux sont achevés à 100 %, et ont consisté en la construction de 1 250 mètres de linéaires de quai, formant 3 postes à quai avec un Tirant d'eau (TE) de 16 m contre 12 m sur le premier Terminal. Ce projet a aussi permis la création par remblai, de 37,5 hectares de terre-plein qui aménagés, permettront de traiter 1,5 millions Evp par an. Le tout, pour un investissement de 256 milliards Fcfa consentis par le PAA. Ces travaux vont faire passer la capacité globale de traitement des conteneurs au port d'Abidjan à 2,5 millions Evp l'an, contre 1 million actuellement. Le taux d'exécution des travaux de superstructures d'un coût d'environ 250 milliards Fcfa, par le concessionnaire qui est le consortium Apm Terminal & Bolloré, est estimé à 41 %. Le coût total des travaux de réalisation du TC2, à savoir les infrastructures et les superstructures, est de 506 milliards Fcfa. Yacouba Hien Sié a informé que ces travaux sont prévus s'achever en juillet 2022 et permettront d'avoir un Terminal à conteneurs ultramoderne qui permettra au Port de faire un bond en avant pour les 50 à 100 ans à venir. Le Dg du PAA a informé, par la même occasion, que la plateforme portuaire a gagné en superficie, mais aussi, en équipements. Il a souligné que d'importants ouvrages ont été déjà livrés dans le cadre du projet de modernisation du port qui a démarré en 2011 et qui se poursuivra jusqu'en 2022. « Les projets en cours, une fois achevés, permettront de repositionner durablement le port d'Abidjan comme le premier port de la façade ouest africaine », a affirmé Yacouba Hien Sié.

Le Directeur Régional de Bolloré Transport & Logistics (Côte d'Ivoire-Burkina Faso), Pierre Bellerose a mentionné que le TC2 bénéficiera d'équipements modernes alignés sur les normes environnementales avec zéro émission de CO2, soulignant qu'il s'agira du premier ''green port'' d'Afrique, respectueuse de l'environnement, avec des procédures complètement numérisées. Il a pris l'engagement d'assurer la fluidité et la célérité des opérations pour respecter les normes en matière de délai de sortie des marchandises de la plateforme (entre 3 et 4 jours maximum).

Le ministre des Transports Amadou Koné a accordé un intérêt particulier aux question de fluidité, célérité et au caractère port sain ou port vert, en proposant qu'une commission de travail qui prend en compte tous les acteurs intervenant sur la plateforme portuaire soit mise sur pied pour traiter ces questions. Il a aussi souhaité que les investissements réalisés pour moderniser le port contribuent à la célérité des opérations. « Les progrès réalisés sont impressionnants. Il faut qu'on marque vraiment la différence, surtout avec cette question de port vert. », a insisté le ministre.

Le Port autonome d'Abidjan, faut-il le rappeler, avait accusé un retard en terme d'infrastructures comparativement à certains ports de la côte ouest africaine du fait du manque d'investissements sur cette plateforme pendant une longue période. Depuis 2011, des investissements ont été opérés pour lui permettre de rattraper son retard, mais aussi de se repositionner durablement comme le premier port de la façade ouest africaine. En dehors du TC2, un nouveau Terminal roulier (Roro) en construction, va accueillir des navire de 14 m de TE contre 11,5 anciennement. D'un coût global de 127 milliards Fcfa, l'ouvrage est achevé au niveau des infrastructures. Les travaux de superstructures qui se poursuivent ont atteint un taux d'exécution de 90 %. L'ensemble sera livré en août de cette année. Un nouveau Terminal minéralier est également en construction et va permettre d'augmenter la capacité de stockage avec un espace supplémentaire de 4 ha. Le projet va coûter 100 milliards Fcfa. Le Terminal céréalier en chantier va aussi permettre d'accroître la capacité de stockage sous douane par la création de 9,5 ha de terrains. Le taux d'avancement des travaux, concernant cette infrastructure est de 60 %.

Irène BATH