Direction générale des impôts 

A 48 heures d’un arrêt de travail: Les syndicats de la Dgi maintiennent la grève

Economie
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
a-48-heures-d-un-arret-de-travail-les-syndicats-de-la-dgi-maintiennent-la-greve Koné Losseni (en cravate) et Zéréyé Z. Narcisse ont fait savoir que la grève est maintenue.

La Fédération des syndicats de la direction générale des impôts (Fesy-Dgi), a décidé de maintenir son mot d'ordre de grève de trois jours, à compter du mercredi 21 juillet prochain. Koné Losseni, porte-parole principal de cette organisation syndicale a confirmé cette intention au cours d’une conférence de presse qu’il a animée le samedi 17 juillet 2021 au centre de formation de la Dgi toujours à Abidjan-Plateau.

«Nous avons été invités à une rencontre par le ministère de tutelle. Dans l'ensemble, les échanges se sont bien déroulés même s'ils ont été parfois tendus et surchauffés mais nous nous sommes compris. Le directeur de cabinet et ses collaborateurs ont affirmé que nos revendications sont fondées», a indiqué d'entrée Koné Losseni, porte-parole principal qui avait à ses côtés, Zéréyé Zédou Narcisse, secrétaire général du Renouveau syndical des agents du fisc (Resafisc). Mais, M. Koné de préciser qu'au sortir de cette rencontre «rien a été obtenu». Selon lui, il n'y a pas eu d'accord verbal ni d'accord écrit. Raison pour laquelle, la Fesy-Dgi décide de maintenir le mot d'ordre de grève. «Camarades, à compter du 21, 22 et 23 juillet 2021, fermez la Dgi. Fermez la Dgi partout où vous vous trouvez. Dans toutes les villes, les villages, à Abidjan, partout où se trouve une direction des impôts, fermez. Fermez parce que notre profil de carrière est en danger. Fermez, parce que vous ne pourrez plus vous soigner. Ils veulent nous asphyxier. Ferme, pour sauver ta vie, ta carrière. Que tu sois directeur, chef de service ou simple agent, ferme la Dgi pour trois jours de grève et nous allons aviser », a lancé Koné Losseni.


Malgré tout, les syndicalistes disent être toujours ouverts à la discussion. «Nous voulons qu'on signe un protocole d'accord sur des engagements fermes à vouloir satisfaire les agents des impôts. Nous voulons rencontrer le Premier ministre parce que le problème est sérieux», ont-ils dit en chœur avant d'ajouter : «Si les 21, 22 et 23 juillet 2021, nos problèmes ne sont pas réglés, nous allons reconduire la grève jusqu'à ce que nous soyons satisfaits».