Piraterie maritime: Encore un autre pétrolier disparaît dans les eaux ivoiriennes


06/02/2013
Un pétrolier français a été porté disparu le week-end dernier au large de la Côte d'Ivoire et a vraisemblablement été victime d'un acte de piraterie.

Cette information qui a été d'abord relayée par l'Afp citant un communiqué du Bureau Maritime International (BMI) en début de matinée hier lundi a été confirmée dans la même journée par le ministère des Transports. Au cours d'une conférence de presse tenue au cabinet dudit ministère, le directeur des Affaire maritimes et portuaires, le Colonel Tano Koffi Bertin, a indiqué que le navire avait quitté le port d'Abidjan avec une chargement de 3 000 tonnes de gas-oil le 31 janvier dernier en vue d'une opération de soutage en mer, c'est-à-dire que le pétrolier devrait décharger sa cargaison dans un autre navire.

Si le 1er février, cette opération a pu se faire sans difficulté, la seconde opération sensée se dérouler le lendemain n'a plus eu lieu . « Le 2 février à 139 kilomètres du port d'Abidjan, des individus non identifiés ont changé la destination du navire », a révélé le colonel Tano. Mais ce dernier s'est abstenu de parler de piraterie , attendant d'avoir plus de précision sur la nature de l'attaque ainsi que sur l'identité des assaillants.

Cependant, les informations en la possession du Directeur général Affaire maritimes et portuaires font état de ce que le navire a à son bord 17 membres d'équipage. "L'équipage à bord est composé de sept Togolais, quatre Béninois, deux Sénégalais, deux Ivoiriens, un Chinois et un Coréen", a-t-il précisé.

Le tanker français Gascogne, battant pavillon luxembourgeois, appartenant au groupe français Sea-Tankers, est affrété par une société coréenne. Concernant la position actuelle du navire, le colonel Tano a fait savoir que celui-ci se trouverait au large du Nigeria. 5 actes de piraterie contre 1 en 2011. Le 16 janvier 2013, un navire (l'ITRI) avait été victime d'acte de piraterie au large d'Abidjan.

Et pourtant, la Côte d'Ivoire était préservée par ce phénomène, alors que celui-ci se développe dans le Golfe de Guinée. Fréquente au Nigeria, premier producteur de pétrole d`Afrique, la piraterie a récemment gagné les eaux du Bénin, où les attaques de navires ont explosé en 2011. « Il semble que les pirates se déplacent vers la Côte d'Ivoire car le Nigeria et le Bénin ont augmenté la fréquence de leurs patrouilles dans le Golfe de Guinée", explique le BMI, dans un communiqué.

Pour le colonel Tano, la Côte d'Ivoire ne dispose pas de navires destinés à la surveillance des eaux maritimes. Face aux inquiétudes qui se développement, les 25 chefs d'Etat de l'Afrique de l'ouest et du centre ont décidé de se retrouver en avril prochain à Yaoundé au Cameroun pour trouver des solutions.

Bertand Gueu

Bertrand Gueu

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2

 

Videodrome