Côte d’Ivoire

Corruption dans l’administration publique : Des membres du gouvernement font des aveux

Economie
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
corruption-dans-l-administration-publique-des-membres-du-gouvernement-font-des-aveux Selon les intervenants, la corruption continue de sévir dans l’administration publique ivoirienne.

Des membres du gouvernement ivoirien ont fait des aveux sur la corruption dans l’administration publique en Côte d’Ivoire. C’était au cours d’un atelier qui a eu lieu sur le thème : « Lutte contre la corruption dans l’administration publique : rôle des inspections générales des ministères », ce mardi 14 septembre 2021 à l’Ecole nationale d’administration (Ena), à Abidjan-Cocody les II-Plateaux. Il s’agissait d’impliquer davantage les inspecteurs des ministères dans la lutte contre la corruption dans l’administration publique.

A l'occasion, Anne Ouloto, ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l'administration, a insisté, au sein de l’Ena, sur le fait que la Côte d’Ivoire entend faire de son administration publique, actuellement minée par la corruption, une institution forte et exemplaire. Cela, dans un délai de 6 mois à un an, entre autres.

Anne Ouloto a appelé à la mobilisation générale et à une synergie d’actions. Elle a souhaité que la Côte d’Ivoire soit un pays modèle. « Chers participants, la corruption, la corruption est bel et bien une gangrène, et elle fait mal. Elle fait très mal à notre économie et à chacun de nous. Elle fait mal à ceux qui placent leur confiance en notre pays et qui y investissent leur argent et leur savoir-faire », a confié la ministre.

En ce qui le concerne, Zoro Épiphane Ballo, ministre de la Promotion de la Bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et de la Lutte  contre la corruption, a souligné le défi de la corruption. « La corruption constitue un défi pour nos Etats, pour la Côte d’Ivoire car elle a des conséquences désastreuses pour notre société. La corruption du point de vue politique est un élément d’instabilité. L’administration publique reste la cheville ouvrière dans la lutte contre la corruption », a-t-il indiqué. Zoro Épiphane Ballo a par ailleurs rassuré que la Côte d’Ivoire continue d’intensifier ses actions dans cette lutte, avec tous les acteurs concernés.

Pour sa part, Pr. Traoré Flavien, Inspecteur général de la Fonction publique, a expliqué que cet atelier s’inscrit dans le cadre de l’axe six du schéma directeur de la réforme des finances publiques 2018-2020 intitulé "Dispositifs de contrôle et audit interne et externe ».

Selon lui, cet axe est décliné en une matrice d’actions réalisées chaque année par les institutions de la République et les ministères. « Cette lutte ne peut être efficace que si et seulement si elle est menée au plus près des lieux où se manifeste la corruption. Cette lutte doit impliquer toute la hiérarchie administrative. L’implication de ces acteurs clés nécessite une large sensibilisation mais également une formation adaptée », a-t-il martelé.

 

Eddy BIBI