Economie/Emergence de Bingerville : Le Maire Issouf Doumbia entame le dernier pan de son programme de campagne

Economie
Publié le Source : Linfodrome
economie-emergence-de-bingerville-le-maire-issouf-doumbia-entame-le-dernier-pan-de-son-programme-de-campagne Le Député-maire de Bingerville boucle la boucle au niveau de ses promesses de campagne par la construction du nouveau marché.

Le marché de Bingerville est en pleine destruction en ce moment pour laisser place à la construction d’un nouveau marché ultra-moderne dans lequel les grandes surfaces dont Carrefour et Playce auront leur place.Avec donc ce projet, le Député-maire de Bingerville bouclera la boucle au niveau de ses promesses de campagne. Une occasion aussi pour éclairer la lanterne sur les différents projets menés pour l’émergence de Bingerville à travers la conférence de presse jeudi 16 septembre 2021.

C’est un Maire décontracté très sûr de son sujet qui s’est donc adressé à la Presse Nationale et Internationale sur les grands dossiers de l’heure dont la destruction de l’ancien marché et le recasement des commerçants sur un nouveau site avec son lot de mécontents.

Avant de revenir sur ce grand chapitre, l’élu de la Commune de Bingerville s’ est prononcé sur ses différentes réalisations à la demande des journalistes : ‘’J’ai pris les destinés de la Mairie en 2018 qui existe depuis 1985 . J’ai décidé de m’y investir totalement pour sortir la ville qui m’a vu grandir de sa léthargie. Il fallait donner à Bingerville une allure citadine pour suivre l’Émergence du Pays entamé par le président de la République SEM Alassane OUATTARA à qui je rends d’ailleurs hommage pour ses différents soutiens que je développerai plus tard. Lors de la campagne municipale, j ’ai promis me mettre au service de la population. Nous avons à cet effet, presque réalisé aujourd’hui le contenu de notre programme d’activité avec la construction et la rénovation des écoles, la mise en Place d’une unité des Sapeurs-pompiers, de deux nouveaux Commissariats au quartier Ana et Abatta sans compter les centres de Santé avec l’ octroi de deux ambulances et l’installation de la CRS 8 dans la cité les semaines à venir. La seule chose qui reste dans notre programme d’action est la construction du nouveau marché digne de ce nom pour cette ville en pleine émergence ’’.

L’occasion était aussi belle pour développer l’actualité concernant le dossier de ladite infrastructure :’’Ce marché que nous voulons reconstruire ne répondait plus aux normes sécuritaires. Le marché que mes devanciers ont construit depuis 1995 n’a jamais été occupé pour cause de problèmes liés à l’ état du bâtiment. Les dalles sont mal faites et la construction en elle-même pose problème. Les Commerçants peuvent en témoigner. Lors de nos campagnes de sensibilisation à travers nos meetings avec ceux-ci, nous avons été témoins d’un fait. Il pleuvait un jour et nous avons pu remarquer la perméabilité de la dalle du bâtiment devant abriter le marché et qui est vieux de plus de 20 ans. Si vous aviez pu remarquer, c’est autour de ce bâtiment que les vendeurs se sont installés. Dès lors, l’on a compris que le moment était arrivé pour démolir ce marché et nous avons débuté sa destruction et le ramassage des débris, depuis le lundi 13 septembre après plusieurs reports du délai d’ exécution à la demande des commerçants.’’ 

Alors pourquoi parle-t-on de la grogne de certains d’entre eux ?

‘’C’est un groupuscule de personnes se réclamant Syndicalistes sans aucun document administratif encore moins capable de faire signer un contrat d’assurance à ses éventuels adhérents, qui tire les ficelles. Celui que la Mairie reconnaît administrativement, c’est bel et bien le Président des Commerçants dudit marché à savoir Monsieur Adams . Avec lui, nous n’avons aucun problème ainsi que 95 % de l’ensemble des concernés. L’on comprend dès lors, qu’aucune œuvre humaine ne peut avoir l’assentiment de tous. Il faut quelques opposants qui en réalité comprendront un jour’’ a fait savoir le Premier Magistrat de la Commune.

Cette grogne partirait aussi du fait que le nouveau site situé au quartier Savane ne soit pas gratuit. Le Député-maire Issouf Doumbia réplique automatiquement ’’ Je leur avais au paravent trouvé un premier site de 2 hectares qui était gratuit. Malheureusement, il a été refusé par ceux-ci sous prétexte qu’il y a la haute tension non loin du site pouvant leur créer des problèmes de santé. Je leur ai donc demandé de trouver un autre site de leur choix. Ils sont donc allés voir le Chef d’Adjamé-Bingervile avec qui ils se sont attendus pour avoir ce site de recasement. Moi, je me suis occupé de sa mise à disposition avec les machines et les différents travaux liés à l’assainissement car le site se trouvant dans un bas-fond. Il est déjà opérationnel et les commerçants y sont déjà.

Les caractéristiques de ce nouveau marché en construction ont été étalées par l’hôte du jour :’’Ce marché, qui sera bâti sur une superficie de 2600 m2, abritera une Banque, un Commissariat et bien d’ autres choses. Il pourra prendre en compte entre 2500 à 3 000 commerçants. Sur la maquette présentée, nous pouvons chiffrer 800 étales,600 magasins, un magasin de stockage de vivriers. A cela, il faut ajouter la présence des grandes surfaces ‘’Carrefour et Playce’’.

Le Conférencier pense qu’après la première étape de démolition, un meeting sera organisé sur le site en présence du Promoteur pour dissiper toutes les inquiétudes.

Concernant le coût et le délai de livraison, sa réponse a été sans équivoque : ’’Logiquement, nous avons parlé de 18 mois pour la remise des clés. Mais je pense qu’on pourra le terminer bien avant d’ici 15 mois. Le Coût peut être évalué entre 3 à 4 milliards de FCFA, car nous allons revois certaines choses avec le promoteur.’’

Sur la question du bitume, il a fait comprendre que les travaux avancent et sont souvent freinés par les différentes pluies qui arrosent la cité.Dès sa prise de fonction, Bingerville n’ avait que 3,5 km de bitumes dégradés par endroits. Avec l’apport du président de la République, Bingerville tend vers la cinquantaine de Km de bitume et quand la météo le permettra, les premières couches verront le jour à commencer par le tronçon carrefour ’’Bangui’’ jusqu’à Machoux.

Pour mettre fin à la surenchère des minicars appelés ‘’Gbakas’’, il préconise la mise sur pied par le Ministère du transport, du tarif au kilométrage.

PK