Secteur de l’énergie : Abidjan a accueilli la première édition du Salon de l’Energie et du développement durable

Economie
Publié le Source : Linfodrome
secteur-de-l-energie-abidjan-a-accueilli-la-premiere-edition-du-salon-de-l-energie-et-du-developpement-durable Plusieurs acteurs du secteur de l'énergie ont pris part au SEDD 2021. (Ph: DR)

La première édition du Salon de l’énergie et du développement durable (SEDD) s’est déroulée les vendredi 15 et samedi 16 octobre 2021 à l’hôtel Radisson Blu d’Abidjan, autour du thème : « L’innovation au service de l’Energie pour améliorer les conditions de vie des populations ».

Organisée par « Light On », le Salon de l’énergie et du développement durable (SEDD) est une initiative de jeunes africains qui encourage l’entrepreneuriat en Afrique. L’édition 2021 du SEDD avait pour objectif de promouvoir l’excellence et le savoir-faire local dans le domaine de l’énergie, à travers des solutions innovantes et la promotion du genre. Le SEDD a réuni à Abidjan des acteurs incontournables du secteur de l’énergie qui ont partagé leurs expériences et sensibilisé les populations sur les bonnes techniques d’économie d’énergie. Ces acteurs ont également informé les populations sur les initiatives de l’Etat en vue de faciliter l’accès à l’énergie.

Le conseiller technique du ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau du Mali, Moussa Ombotimbé a pris part aux travaux de ce rendez-vous. Il a souligné, à cette occasion, la nécessité de faire recours à l’innovation pour répondre au besoin énergétique de plus en plus croissant des populations et soutenir le développement économique et durable des Etats africains. Relevant que le SEDD 2021 est couplé à la deuxième édition de la semaine malienne des énergies renouvelables (SemR2) organisée avec le concours de la Banque africaine de développement (BAD) et le Fonds d’investissement climat (CIF), il a énuméré les actions menées dans son pays pour diversifier les sources d’énergie. En effet, le Mali a décidé d’intensifier les projets d’énergies renouvelables, propres ou à faibles émissions de carbone. Aussi le cadre législatif et réglementaire a-t-il été adapté pour assurer un meilleur accès aux énergies renouvelables avec la détaxe des équipements solaires.

Le Directeur général de l’Agence des énergies renouvelables du Mali (AER-Mali), structure dédiée à la recherche et au développement des énergies renouvelables, a soutenu que l’engagement des gouvernements africains et des partenaires techniques et financiers est indispensable pour réaliser des investissements nécessaires dans le domaine des énergies renouvelables.

A l’ouverture du salon, Grâce Gomé Kpan, présidente de l'association Light On, a remercié tous les participants, particulièrement les partenaires et sponsors qui ont cru au projet d’une équipe jeune et ambitieuse. Se prononçant sur l’un des enjeux du salon, elle a noté la complexité de la question de l’accès à l’énergie en Afrique. « Certains abordent la question sous un angle économique, d’autres sous un angle politique ou encore sous un angle environnemental. Moi, je l’ai toujours vu sous un angle humain. En effet si on place l’homme au centre des politiques on sera obligé de penser, à parts raisonnables, à l’économie, à la politique et à l’environnement », a-t-elle déclaré, avant de lever un coin du voile sur les ambitions de son association : « Chez nous à Light On, on a pensé que créer des champions locaux dans les divers tissus socio-économiques de nos pays seraient une belle riposte aux problèmes majeurs rencontrés comme le manque d’accès à l’électricité. Nous nous sommes donné comme mission de tenir la main aux jeunes africains qui aimeraient se positionner comme acteurs du changement dans le continent ».

I.B. (Avec sercom)