Côte d'Ivoire

Lutte contre la vie chère : Les commerçants d’Agboville sensibilisés au respect des prix

Economie
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
lutte-contre-la-vie-chere-les-commercants-d-agboville-sensibilises-au-respect-des-prix La lutte contre la cherté de la vie s'intensifie à l'approche de la fête de fin d'année pour éviter les surenchère sur les marchés

Profitant des fêtes de fin d’année, certains opérateurs économiques véreux procèdent à une hausse généralisée des prix des produits de grande consommation, ainsi que des articles divers.

Conscient de cet état de fait et dans le cadre de la lutte contre la cherté de la vie, le Conseil national de lutte contre la vie chère (Cnlvc), a effectué une visite terrain jeudi 02 décembre 2021 à Agboville, Région de l’Agneby Tiassa. Cette visite conduite par Dr Ranie-Didice Bah-Koné, Secrétaire Exécutive du Conseil national de lutte contre la vie chère (Cnlvc), visait deux objectifs majeurs. A savoir sensibiliser les commerçants sur le respect des prix conseillés par le Gouvernement afin d’éviter la surenchère sur le marché pendant les périodes de fête ; mais également assister à la première réunion du Comité local de lutte contre la vie chère (Cllvc) d’Agboville.

Depuis Agboville, la Secrétaire Exécutive du Cnlvc, sur instruction du ministre du Commerce et de l’Industrie, Souleymane Diarrassouba, a demandé aux commerçants exerçant sur l’ensemble du territoire national d’être solidaires des populations. « Passons tous des fêtes ensemble, sans hausse, ni flambée des prix », a plaidé Dr Ranie-Didice Bah-Koné.

Depuis le marché central d’Agboville où elle a rencontré les commerçants de volailles afin de les sensibiliser également contre toute hausse de prix pendant les fêtes de fin d’année, elle a fait une mise en garde sévère. « Les comités locaux sont installés et nous ne laisserons pas les prix se pratiquer dans le désordre », a-t-elle prévenu.

Avant les différentes rencontres avec les commerçants, Dr Ranie-Didice Bah-Koné a assisté à la première réunion du Comité local de lutte contre la vie chère (Cllvc) d’Agboville. Elle a justifié la création des Comités locaux de lutte contre la vie chère en indiquant qu’il s’agit, à travers cette initiative, pour le Gouvernement d’assurer un maillage national de la lutte contre la vie chère et d’intensifier ainsi sa politique de préservation du pouvoir d’achat des populations, mais également de protection des consommateurs sur toute l’étendue du territoire national.

Le Préfet de Région de l’Agneby Tiassa, Sihindou Coulibaly, par ailleurs président du Cllvc, a informé qu’au-delà de la mission reçue du ministère du Commerce et de l’Industrie, c’est beaucoup plus pour la population qu’il est au travail. Il a ainsi invité les membres du Comité Local à être présents sur le marché plutôt que dans les bureaux en précisant que « c’est une commission de terrain parce que le prix c’est sur le terrain ».

En activité depuis peu, le Cllvc de l’Agneby Tiassa a déjà décanté une situation de hausse de prix du gaz butane. Un produit dont le prix est réglementé mais qui avait connu une flambée dans la région.

Placés sous la coordination du Secrétaire Exécutif du Conseil national de lutte contre la vie chère (Cnlvc), les Comités locaux, faut-il noter, ont pour mission de veiller, au niveau local, à la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre la hausse du coût de la vie.

Mariam Coulibaly (Stg)