Côte d'Ivoire

Procès des présumés faussaires de fers à béton : Trois des accusés devant les tribunaux

Publié le
proces-des-presumes-faussaires-de-fers-a-beton-trois-des-accuses-devant-les-tribunaux Issiaka Diaby poursuit sa lutte contre la circulation des faussaires de fers à béton.
Economie

Après 4 longues heures d’attente (9 heures-13 heures), le procès d’Issiaka Diaby, constitué partie civile dans l’affaire dite de ‘’l’écoulement sur le marché local de faux fers à béton’’, s’est rouvert, ce mercredi 15 décembre 2021, au tribunal correctionnel du palais de justice d’Abidjan-Yopougon.

Cette énième audience a cette fois enregistrée les présences de Chaabi Wassin ; Chaabi Khalil et d’Amoudou Cissé. Toutes les trois personnes citées, sont poursuivis par le parquet après la plainte de M. Diaby et des ex-employés des entreprises dont ils sont actionnaires pour « voie de fait et violence » et pour « l’écoulement sur le marché local de faux fers à béton ».

Le temps d’un feu de paille

Ce procès tant attendu a duré le temps d’un feu de paille. La raison : deux des principaux présumés faussaires de fers à béton ont brillé par leur absence. Toute chose qui a conduit les avocats de M. Diaby à proposer et obtenir de la part du président du tribunal correctionnel, le report de l’audience à la date du 12 janvier 2022.

 

Pour eux, il est impératif pour l’éclatement de la vérité que toutes les parties concernées par cette affaire soient entendues. L’avocat de la défense a pour sa part, opté également pour le report à la date convenue consensuellement du procès.

Trois accusés à l’audience

Principal plaignant dans cette affaire, Issiaka Diaby, président du collectif des victimes en Côte d’Ivoire (Cvci) a salué la présence des trois accusés à l’audience.


« En tant que citoyen ivoirien je suis satisfait en ce sens que ces gens ont compris qu’ils sont tenus de respecter nos institutions, les personnes qui les incarnent et surtout respecter les lois de notre pays. A ce niveau je suis heureux », a-t-il confié aux hommes des médias au terme de l’audience.

« Pour toutes ces absences, mes avocats ont souhaité que le procès soit reporté »

Cependant, il a montré sa détermination à aller jusqu’au bout de ce procès pour faire connaitre la vérité sur cette affaire, et mettre fin à la commercialisation de faux fers à béton sur le marché.

Pour lui, c’est l’une des principales raisons de l’effondrement de maisons à Abidjan. « Pour toutes ces absences, mes avocats ont souhaité que le procès soit reporté pour qu’ils comparaissent tous sans exclusion. Nos avocats et moi-même à travers ce procès souhaitons faire respecter nos institutions, les personnes qui les incarnent et in fine, nos lois. Il ne faudrait pas que quelqu’un nanti soit-elle se croit au-dessus de la loi et donc intouchable dans ce pays. C’est tout le sens du combat que nous menons mes avocats et moi », a souligné Issiaka Diaby.

Il a également précisé : « Nous avons été très heureux de voir trois parmi les accusés comparaître même si le procès a été encore renvoyé.  Pour nous, le fait que ces personnes soient venues devant les juges avec l’intention de répondre aux charges est déjà un grand pas vers la victoire. Et nous pensons que la justice sera dite et qu’enfin, les faussaires de fers à béton seront mis hors d’état de nuire ».

Eddy BIBI

Vidéo