Lutte contre la désertification et la sécheresse: La Côte d’Ivoire accueille la COP 15 du 9 au 20 mai 2022

Publié le Modifié le
lutte-contre-la-desertification-et-la-secheresse-la-cote-d-ivoire-accueille-la-cop-15-du-9-au-20-mai-2022 Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Jean-Luc Assi. (Ph: DR)
Economie

Après l’Inde en 2019, la Côte d’Ivoire abritera la 15ème session de la Conférence des Parties de la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la désertification et la sécheresse (COP 15) du 9 au 20 mai 2022 au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, sous le thème : « Restauration des sols arides et des forêts dégradés pour une agriculture du futur ».

La dégradation des terres résulte d’activités humaines excessives ou inadaptées (sur-pâturage, mauvaise gestion des terres, prélèvement excessif de bois de feu) entraînant l’érosion, la perte de fertilité et la salinisation des sols. Elle réduit ou détruit la capacité des terres à produire (agriculture, foresterie, pastoralisme). Pendant que la désertification désigne la dégradation des terres dans les zones arides, semi-arides et subhumides et qui sèchent à la suite de divers facteurs, parmi lesquels les variations climatiques et les activités humaines.

Des chefs d’État, ministres, plénipotentiaires... annoncés à Abidjan

Afin de venir à bout de ces difficultés, il a été adopté par 197 pays, la mise en place de la Conférence des Parties de la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la désertification et la sécheresse (COP). La Côte d’Ivoire accueille la 15ème session de cette rencontre du 9 au 20 mai 2022. L’information a été donnée, ce lundi 24 janvier 2022, par le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Jean-Luc Assi, au cours d’une conférence de presse organisée au Sofitel Abidjan Hôtel-Ivoire.

Il a indiqué que la COP 15 enregistrera la participation de tous les Pays-Parties à la Convention, ainsi que la présence de la Société civile, des Organisations continentales et Sous-régionales, des Institutions des Nations Unies, de scientifiques et d’autres acteurs de la lutte contre la désertification et la sécheresse. «Toutefois, des Chefs d’État, des ministres, des plénipotentiaires intéressés par la rencontre sont aussi attendus dans notre pays», a mentionné le ministre Jean-Luc Assi. 

"La Côte d'Ivoire sera le centre névralgique de la diplomatie environnementale mondiale"

Puis d’informer que la Côte d’Ivoire assurera la Présidence de la COP pour deux ans. «Le pays sera par conséquent le centre névralgique de la diplomatie environnementale mondiale sur les questions de gestion durable des terres», a confié le ministre de l’Environnement.

Dividendes économiques de la COP 15 pour la Côte d’Ivoire

Jean-Luc Assi a souligné que la tenue de cette rencontre à Abidjan aura de nombreux effets dans plusieurs domaines pour la Côte d’Ivoire. «Ce sont les structures d’hébergement, la restauration, les transports et bien d’autres secteurs qui seront les grands bénéficiaires de cet événement d’environ deux semaines», a-t-il dit.

Jean-Luc Assi a affirmé que ce rendez-vous contribuera à la relance du secteur du tourisme ivoirien affecté par les effets de la crise sanitaire. «La COP devrait booster l’attraction des investissements étrangers directs dans le domaine de la gestion des terres et des sols, et la promotion de l’agriculture durable. Au niveau médiatique et politique, notre pays sera un centre d’attraction durant tout le temps de la rencontre», s’est réjoui le ministre de l’Environnement.

"La COP devrait booster l'attraction des investissements étrangers directs dans le domaine de la gestion des terres et des sols"

Un Comité d’Organisation de la COP15 en Côte d’Ivoire, dénommé CO-COP15 a été mis en place pour l’organisation de cet événement qui durera deux semaines. Le 8 décembre 2021, le gouvernement a donné son accord pour la nomination de Abou Bamba, en qualité de Président du Comité d’Organisation de la COP15.

Perspectives : l’initiative Ouattara ou initiative d’Abidjan

Il est prévu qu’en marge de la COP15, la Côte d’Ivoire soit à l’origine d’une grande initiative mondiale visant l’accroissement de la production agricole durable à l’échelle de la planète tout en préservant les fonctions écosystémiques des sols et autres facteurs de production. Le lancement de cette initiative, baptisée du nom du chef de l’État, Alassane Ouattara ou de la ville d’Abidjan, sera considéré comme l’héritage politique de l’organisation de la COP15 par la Côte d’Ivoire qui demandera la mise en place des outils de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre par la création d’un task-force conjoint qui réunirait les Nations Unies ainsi que les autres partenaires techniques et financiers pertinents. Cette démarche s’appellerait « Initiative Ouattara » ou « Initiative d’Abidjan ».