Organisation de la Cop15 en Côte d’Ivoire: Les partenaires au développement invités à accompagner l’évènement

Publié le Modifié le
organisation-de-la-cop15-en-cote-d-ivoire-les-partenaires-au-developpement-invites-a-accompagner-l-evenement Plusieurs autorités ivoiriennes et des partenaires au développement ont pris part au lancement de la Cop 15. (Ph: DR)
Economie

Le lancement officiel des activités de la 15iéme Conférence des Parties sur la désertification et la sécheresse a eu lieu ce mercredi 09 février 2022, à l’espace Latrilles Events, aux Deux-Plateaux, Abidjan-Cocody. Une occasion pour les autorités ivoiriennes d’inviter les partenaires au développement à accompagner la Côte d’Ivoire dans l’organisation de cette rencontre internationale.

Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire, accueillera du 09 au 20 mai 2022, la quinzième (15ème) Conférence des Parties des Nations Unies sur la Désertification et la Sécheresse autour du thème central: « Restauration des terres dégradées et agriculture du futur ».

Durant une dizaine de jours, la Côte d’Ivoire sera ainsi le porte flambeau de l’adoption de décision, de la prise d’accord afin de lutter contre la désertification et la sécheresse.

Le lancement officiel de cette conférence a eu lieu, ce mercredi 9 février 2022, au cours d’une cérémonie qui a eu lieu à Abidjan-Cocody et à laquelle ont pris part plusieurs ministres ivoiriens.

Sollicitation des bailleurs de fonds

Adjoumani Kouassi Kobenan, ministre de l'Agriculture et du Développement rural, représentant le Premier ministre, a salué l’organisation de cette rencontre par la Côte d’Ivoire. «Pour notre pays, la 15ème Conférence des Nations Unies sur la Désertification et la Sécheresse, constitue, en réalité, le prolongement d’un engagement constant de la Côte d’Ivoire dans la recherche de solutions contre la dégradation de nos sols», a-t-il dit. Il a informé que pour la réussite de cette 15ème conférence des Nations-Unies sur la désertification et la sécheresse, un effort financier a été déjà fait par le Gouvernement ivoirien.

À côté de cet effort, la ministre du Plan et du Développement, Nialé Kaba a invité les partenaires au développement à accompagner la Côte d’Ivoire dans l’organisation de la Cop 15. Elle a indiqué qu’à l’issue de cette Cop, une table ronde des bailleurs sera organisée pour la mobilisation de ressources devant servir à la mise en œuvre des résolutions de la conférence.

Les enjeux de la Conférence

Présentant les enjeux de la Conférence des Nations-Unies sur la Désertification et la Sécheresse, Jean Luc Assi, ministre de l’Environnement et du Développement durable, a indiqué que la quinzième Conférence des Parties sera l’occasion pour la Côte d’Ivoire et pour l’ensemble des Pays de la Convention des Nations sur la lutte contre la désertification et la sécheresse de sensibiliser aux solutions et à la nécessité de réhabiliter les terres dégradées. «Des mesures urgentes devraient être mises en place afin de reboiser les forêts, de développer de bonnes pratiques agricoles, de prévenir l'érosion des sols, de gérer les ressources en eau, d’améliorer la gestion des pâturages, des forêts et du bétail. En somme, ces mesures doivent concourir à restaurer les sols arides et des forêts dégradées pour une agriculture durable», souligne le ministre de l’Environnement et du Développement durable.

Jean Luc Assi a formulé le vœux que les résolutions qui seront formulées à l’issue de la Cop 15 fassent avancer la Côte d’Ivoire vers une prise de conscience générale qui induira une prise de mesures concrètes pour la restauration des terres dégradées pour une agriculture du futur.

Les retombées d’une rencontre

Les effets induits de l’organisation de la Cop 15 par la Côte d’Ivoire sont nombreux et se déclinent, tant, au niveau diplomatique, économique, stratégique que politique.

Sur l’impact stratégique, la Côte d’Ivoire en tant qu’hôte de la Cop 15, assurera sa présidence pendant 2 années consécutives.

Au niveau diplomatique, la Côte d’Ivoire sera avant, pendant et après la tenue de la Cop, le centre névralgique de la diplomatie environnementale mondiale, notamment sur les questions de gestion durable des terres et de la restauration de leurs écosystèmes.

Les effets économiques se traduiront par la création d’emplois, la relance du secteur du tourisme, l’attraction des investissements étrangers directs dans le domaine de la lutte contre la dégradation des sols et le développement de l’agriculture durable ainsi que l’assistance technique et financière de nombreux partenaires au développement.

Concernant les dividendes politiques et historiques de la tenue de cette rencontre en terre ivoirienne, il est prévu que la Côte d’Ivoire soit à l’origine d’une grande initiative mondiale visant l’accroissement exponentielle de la production agricole durable à l’échelle de la planète tout en préservant les fonctions écosystémiques des sols et autres facteurs de production et aussi un programme international de régénération des forêts dégradées.

Après la Cop 14 qui s’est tenue du 2 au 13 septembre 2019 à New Delhi, en Inde, c’est la Côte d’Ivoire qui abritera la Cop 15, du 09 au 20 mai 2022 à Abidjan. L’organisation de cette rencontre de haut niveau permettra à la Côte d’Ivoire de recevoir toute la communauté scientifique, les Organisations non gouvernementales, des décideurs de 197 pays pour réfléchir ensemble sur la lutte contre la Désertification et la Sécheresse.