Lutte contre la vie chère : Des contrôles annoncés dès lundi ; des sanctions prévues contre les opérateurs qui ne respectent pas les prix plafonnés

Publié le Modifié le
lutte-contre-la-vie-chere-des-controles-annonces-des-lundi-des-sanctions-prevues-contre-les-operateurs-qui-ne-respectent-pas-les-prix-plafonnes Après la sensibilisation, place à la répression des opérateurs économiques qui ne respecteront pas les prix plafonnés. (Ph: DR)
Economie

Suite aux mesures prises en vue de lutter contre la vie chère, notamment le plafonnement des prix de sept produits de grande consommation, le Gouvernement a décidé de passer à la phase de répression.

Après la phase de sensibilisation des différents opérateurs économiques exerçants en Côte d’Ivoire relativement au respect des prix plafonnés des produits de grande consommation, place désormais à la phase de répression.

Traque contre des opérateurs

Le ministère du Commerce et le Secrétariat exécutif du Conseil national de la lutte contre la vie chère (Cnlvc) ont décidé de traquer les opérateurs économiques qui ne respecteront pas les prix plafonnés des produits de grande consommation.

A l’issue d’une rencontre organisée le jeudi 17 mars 2022 au ministère du Commerce, à Abidjan-Plateau, d’importantes décisions ont été arrêtées pour lutter contre la cherté de la vie.

"Les personnes chargées d'appliquer les prix plafonnés sont les opérateurs économiques, les industriels, les grossistes, les demi-grossistes et détaillants"

Dr Ranie-Didice Bah-Koné, Secrétaire exécutive du Conseil national de la lutte contre la vie chère, a rappelé que ceux qui sont chargés d'appliquer cette mesure sont les opérateurs économiques, les industriels, les grossistes, les demi-grossistes et détaillants. « La réunion avait pour but, non seulement de leur porter l'information des nouveaux prix qu'ils ont l'obligation d’appliquer, mais également de leur rappeler les risques qu'ils encourent en cas de non respect de ces prix », a mentionné Dr Bah-Koné.

Tolérance zéro

La SE du CNLVC a insisté sur le fait que le ministre du Commerce et de l’Industrie, Souleymane Diarrassouba est très clair sur la tolérance zéro. « Il s'agit de faire en sorte que la mesure adoptée soit bénéfique aux populations. Donc l'application effective est indispensable. Et des contrôles seront faits parce qu'on veut que la mesure bénéficie réellement aux populations lorsqu'elles vont faire leurs achats. Donc hors de question que la mesure soit diluée, dévoyée parce qu'il y aurait des pratiques anormales sur les prix », a précisé la SE du Cnlvc.

"Un document de 32 pages qui reprend l'ensemble des prix plafonnés remis aux opérateurs économiques"

Dr Bah-Koné a affirmé que l’ensemble des opérateurs économiques exerçant en Côte d’Ivoire sont informés des prix. « Nous leur avons remis un document de 32 pages qui reprend l'ensemble des prix plafonnés. A partir d'aujourd'hui, ils ne peuvent pas dire qu'ils ne savent pas. Ces prix sont rentrés en application et nous invitons les populations à dénoncer et à informer, toutes les fois qu’ils seront face à des commerçants qui ne respectent pas ces prix », a-t-elle appelé.

Dr Bah-Koné a informé qu’un numéro vert a été mis en service au niveau du ministère du Commerce et de l'industrie qui est le 1340. « Il est fonctionnel. Les appels sont anonymes, les directeurs régionaux sont mobilisés. Dès lundi, la phase répressive rentrera immédiatement en vigueur. Pour l'heure nous rencontrons les acteurs aujourd'hui et demain », a-t-elle dit.

Les produits dont les prix sont plafonnés sont l'huile de table, le riz, la viande de bœuf, la tomate concentrée, le sucre, les pâtes alimentaires.