Clôture de la COP 15 à Abidjan : Patrick Achi lance un appel aux acteurs de la lutte contre la désertification

Publié le
cloture-de-la-cop-15-a-abidjan-patrick-achi-lance-un-appel-aux-acteurs-de-la-lutte-contre-la-desertification Le Premier ministre ivoirien, Patrick Achi. (Ph: DR)
Economie

La 15e Conférence des Parties à la Convention des Nations-Unies sur la Lutte contre la Désertification et la Sécheresse (COP 15) a pris fin le vendredi 20 mai 2022.

Présent à la cérémonie de clôture de la Cop 15, au Sofitel Hôtel Ivoire, le Premier ministre ivoirien, Patrick Achi a envoyé un message aux acteurs de la lutte contre la désertification et la dégradation des sols.

Amélioration du bien-être des populations

« Les priorités étant déterminées, la mobilisation réalisée, j’invite désormais toutes les parties, à faire preuve d’efficacité et de célérité dans la mise en œuvre des projets déjà identifiés et de ceux qui émergeront demain, afin d’améliorer de manière significative le bien-être des populations de la sous-région et, par ricochet, de celle du continent et du monde entier », a déclaré le chef du gouvernement.

Le Premier ministre ivoirien s’est, par ailleurs, félicité de l’adhésion des participants et des partenaires à l’Initiative d’Abidjan, projet de lutte contre la désertification et pour la restauration des sols porté par le président Alassane Ouattara.

"L’Initiative d’Abidjan, projet de lutte contre la désertification et pour la restauration des sols porté par le président Alassane Ouattara"

Patrick Achi s’est félicité de ce que les partenaires et bailleurs de fonds aient décidé d’accompagner la Côte d’Ivoire « sur un financement de plus de 2,5 milliards de dollars sur 5 ans ».

L’Initiative d’Abidjan, autrement appelée « Programme Héritage d’Abidjan », adoptée par les Chefs d’État et de Gouvernement, le 9 mai dernier, est un modèle d’approche holistique pour une gestion efficace des effets dévastateurs de la désertification sur les terres, sur les peuples, sur l’avenir.

Pari réussi pour la Côte d'Ivoire

Patrick Achi a souhaité voir ce programme être amendé et dupliqué ailleurs sur le continent et dans le monde.

Outre les résolutions et décisions prises lors de ces 11 jours dédiés à la lutte contre le désert, Patrick Achi s’est félicité de l’organisation des travaux en Côte d’Ivoire.

"Le pari de la réussite de l’organisation par la Côte d’Ivoire de la COP15, constitue, en réalité, un double symbole d’avenir"

Le pari de la réussite de l’organisation par la Côte d’Ivoire de la COP15, a poursuivi le Premier ministre, constitue, en réalité, un double symbole d’avenir. « Il est d’abord celui de la renaissance de notre nation, après une décennie d’efforts inouïs, menés sous le leadership du Président de la République, Alassane Ouattara et grâce à la mobilisation extraordinaire de tout un peuple », a affirmé Patrick Achi.

Le Premier ministre a soutenu que la Côte d’Ivoire a désormais repris sa place sur le continent et sa marche vers l’avenir. « Notre croissance économique, nos progrès humains, nos capacités d’organisation et d’accueil des investissements comme des événements internationaux, sont là pour en témoigner », a-t-il ajouté.

Le secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD), Ibrahim Thiaw s’est exprimé dans le même sens. Il a félicité l’Etat ivoirien pour la qualité de l’organisation des assises. « Je suis fier de ce que je vois, de ce que j’entends de ce que j’entrevois pour l’avenir de ce pays. Le chemin a été parsemé d’embûches. Que d’obstacles franchis que d’efforts déployés pour mettre tout le monde dans de bonnes conditions de travail et de sécurité », a-t-il dit.

Organisée autour du thème « Terres. Vies. Patrimoine : d’un monde précaire vers un avenir prospère », la COP 15 a réuni plus de 7000 participants venus de tous les continents.

Plusieurs décisions ont été prises par les délégués. Il s’agit notamment de l’objectif de restaurer un milliard d'hectares de terres dégradées d'ici à 2030.

Au cours des deux prochaines années, la Côte d’Ivoire et son président Alassane Ouattara vont porter la voix des zones arides devant les Nations Unies.