CGIAR : L'initiative "Transformation des systèmes agroalimentaires en Afrique de l'Ouest et du Centre », lancée

Publié le Modifié le
cgiar-l-initiative-transformation-des-systemes-agroalimentaires-en-afrique-de-l-ouest-et-du-centre-lancee L'atélier sur le lancement du TSA-AOC a pris fin le mercredi 22 juin
Economie

Ouvert le mardi 21 juin dernier, à Grand-Bassam, l’ atelier sur la transformation des systèmes agro-alimentaire de l’Afrique de l’ouest et du centre a pris fin le lendemain mercredi au terme de deux jours de travail.

Objectif du One CGIAR

Une nouvelle initiative régionale et intégrée en Afrique de l'Ouest et du Centre (AOC) intitulée « Transformation des systèmes agroalimentaires en Afrique de l'Ouest et du Centre » (TAFS-WCA), qui se concentre sur les systèmes alimentaires nutritifs, sécurisés, adaptés au climat et axés sur le marché, a été lancé mercredi 22 juin 2022 à l’issue d’un atelier régionale tenu à Grand Bassam.  Initiative du CGIAR, un partenariat mondial de recherche pour un avenir sûr sur le plan alimentaire, qui se consacre à la réduction de la pauvreté, au renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à l'amélioration des ressources naturelles, cet atelier visait à obtenir auprès des parties prenante (Côte d’Ivoire, Nigéria et Ghana) une bonne compréhension du ONECGIAR et de ses initiatives et la mise en œuvre de la TSA-AOC 

Satisfaction

«Avec cet atelier nos partenaires des trois pays essentiels à savoir la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Nigéria, ont eu une meilleure compréhension de l’organisation internationale, que nous appelons  le ONE CGIA. Ils ont également eu une meilleure compréhension du fonctionnement de l’initiative régionale», s’est réjoui  Dr Aminou Arouna, Chef du programme Politique, systèmes d'innovation et évaluation d'impact du Centre du riz pour l'Afrique (AfricaRice).

 Pour le leader de l’initiative régionale intégrée sur la transformation des systèmes agro-alimentaire de l’ Afrique de l’ouest et du centre, cet atelier a permis d’élaborer un plan de travail de l’initiative pour l’année 2022 dans les 3 pays.

Nous avons prévu travailler dans deux zones, à savoir les zones humides et les zones de transitions

« Nous avons prévu travailler dans deux zones, à savoir les zones humides et les zones de transitions», a-t-il révélé, précisant que cette année l’accent sera essentiellement mis, sur les cultures du manioc, du riz, du maïs, le maraîchers et les cultures pérennes comme le cacao.  En Côte d’Ivoire se sont les départements de Gagnoa pour la zone humide et Bouaké pour la zone de transition qui seront priorisées. Avant l’extension du projet aux autres régions du pays.  Concernant l’exécution du projet, il a indiqué que le travail se fera au niveau de la chaîne des valeurs.  

« Il y a des activités qui concernent les semences, des activités qui concernent la production (avec les bonnes pratiques agricoles), la transformation avec l’implication des jeunes pour améliorer leurs revenus et leurs conditions de vie. Il y aura également des activités qui concernent l’adaptation au changement climatique avec des technologies digitales qui vont permettre de s’adapter au changement climatique», a-t-il expliqué.

Ont pris part aux travaux, Gouvernements et systèmes nationaux de recherche et de vulgarisation agricoles de la Côte d'Ivoire, du Ghana et du Nigéria, les Organisations régionales et internationales de recherche pour le développement et centre CGIAR ( IITA, Africa Rice, WorldFish) ), les Centres Nationaux de Spécialisation et les Centres Régionaux d'Excellence du CORAF.