Réalisation d'ouvrages

Réalisation d'ouvrages : Vers le retour des ponts métalliques


26/03/2013
La réalisation de 1000 ouvrages d'ici 2015 comme souhaité par le gouvernement ivoirien, va-t-elle respecter ce délai prescrit ?

Dans le souci de ne pas accuser du retard, d'autres options sont envisagées, avec notamment le recours aux ponts métalliques. C'est le sens d'un séminaire qui s'est ouvert hier lundi dans les locaux du Bureau National d'Etudes Techniques et de Développement(BNETD). Pour le directeur général de cette structure conseil du gouvernement, Pascal Aka Koffi, les ouvrages métalliques permettent non seulement de gagner en temps, mais aussi de faire des économies.

« Pour réaliser un pont traditionnel, nous pouvons passer une année, alors qu'un ouvrage métallique peut prendre le tiers de ce temps. Il est démontré à travers le monde entier que les ouvrages métalliques coûtent moins cher que les ouvrages en béton », a soutenu M. Aka Koffi. Pour le directeur général du BNETD, il n'y a pas lieu de s'inquiéter au sujet de ce type d'ouvrage, d'autant plus que les premiers ponts métalliques en Côte d'Ivoire qui datent de 1910, continuent de résister.

Il a assuré que les évolutions technologiques en termes de peinture et de structures permettent aujourd'hui de faire face aux préoccupations liées à l'hydrométrie ainsi qu'à la salinité qui peuvent corrompre les ouvrages métalliques. D'où la tenue de ce séminaire de trois jours dont l'objectif est de mettre à niveau les connaissances d'une quinzaine d'ingénieurs des travaux publics issus du ministère des Infrastructures économiques, du BNETD, de l'AGEROUTE et d'autres bureaux d'étude.

Le directeur de cabinet du ministre des Infrastructures économiques, Gilbert Ekpini, qui adhère au projet, a indiqué que le développement et l'entretien du réseau routier ivoirien demeurent une préoccupation du gouvernement. A l'effet d'optimiser la conception des ouvrages pour ne pas renchérir les coûts, la solution réside, selon M. Ekpini, dans de nouvelles approches de conception moins coûteuses et durables. Il est bon de signaler que pour la formation, Géraud Lafortune, ingénieur-expert de la Société Matière TP, a été identifié pour assurer ce transfert de connaissances.

Bertrand Gueu

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2

Videodrome